Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

Que cache la Traboule ?

 

 

Dossier Identitaires Collectif Vigilance 69 contre l'extrême droite – février 2013

 


Sommaire

 

I/ Naissance des Jeunesses Identitaires p 2

 

II/ Implantation lyonnaise p 3

 

III/ Actions revendiquées p 3

 

IV/ Les Monts du Lyonnais p 5

 

V/ La nébuleuse identitaire p 5

 

VI/ Les identitaires lyonnais et la justice p 7

 

VII/ Faisceau de présomptions p 7

 

VIII/ Les Implantations régionales p 8

 

Conclusion

 

 

 

 

I) Naissance des identitaires sur les cendres d'unité radicale

 

Bien que d'aucuns se refusent à voir un lien entre Le Bloc Identitaire, les Jeunesses Identitaires et feue Unité Radicale, on retrouve les mêmes membres dans ces différents groupuscules, tel que Fabrice Robert, Guillaume Luyt et Philippe Vardon.

Ensemble, ils créent en septembre 2002 les Jeunesses Identitaires (« radicales, populaires et révolutionnaires ») et en 2003 le Bloc Identitaire.

Les 1res Assises identitaires se sont tenues à Mâcon en avril 2003, les secondes à Lyon en novembre 2004.

Ainsi le Bloc Identitaire est la formation 'adulte' (35 ans et plus) des Jeunesses Identitaires.

 

Le Manifeste des Jeunesses Identitaires est le suivant :


COMMUNIQUÉ DE FONDATION

Face à la répression orchestrée par le système cosmopolite jacobin, au lendemain de l’ultime trahison de Bruno Mégret et à la veille d’une énième guerre de chapelles au Front National, les Jeunes Identitaires ont aujourd’hui décidé qu’il était temps que la jeunesse commande à la jeunesse !


C’est dans ce but que des cadres et des militants, issus de différents mouvements ont décidé de se regrouper au sein d’une structure nouvelle et originale dans sa forme, ses objectifs et ses méthodes : les Jeunesses Identitaires.

 

Les Jeunesses Identitaires proposent à tous les jeunes Européens une organisation de combat moderne, adaptée aux défis que le 21ème siècle impose à ceux de notre sang.


Pour défendre notre terre et notre peuple, autant menacés par la peste que représente l’immigration-invasion que par le choléra mondialiste, nous appelons solennellement tous les jeunes Français et Européens fiers de leurs racines et de leur héritage, à rejoindre nos rangs.

 

Parce que l’heure du combat pour la survie et la libération de notre peuple a sonné, rejoignez-nous !


POURQUOI NOUS COMBATTONS ?

Parce que nous ne voulons plus subir. Parce que notre révolte est légitime. Parce que nous ne voulons plus voir notre peuple vivre dans la misère imposée par le capitalisme et la peur imposée par les bandes ethniques. Parce que nous avons l’âge de tous les défis et une immense responsabilité face à l’histoire. Parce que nous voulons, comme chaque peuple en a le droit, vivre sur notre terre selon notre identité.

Nous avons fait le choix de la résistance !


Nous serons présents partout où notre combat l’impose, parmi les jeunes travailleurs, dans les lycées et facultés, dans les agences ANPE, dans les concerts et surtout dans nos rues, ces rues que nous refusons de voir offertes au règne de la violence !


La solidarité guidera notre action. Solidarité combative s’il le faut, nous ne tolérerons pas de voir des jeunes Français traités en étrangers sur leur sol.


Que ce soit face aux multinationales, face aux institutions corrompues ou face à la racaille, les Jeunesses Identitaires feront bloc !

 

Leur rhétorique consiste à utiliser le concept subtil d'identité pour s'affranchir de tout préjugé raciste. Ainsi, selon leur conception raciale raciste de l'identité - c'est à dire une Europe blanche (et chrétienne)- l'extra européen n'a pas sa place en Europe car les différences culturelles seraient de nature à provoquer un délitement des identités, autrement dit l'absorption d'une identité au profit d'une autre.

En conséquence, "chaque peuple doit pouvoir s'épanouir sur sa terre" comme on peut le lire sur leur site. Il s'agit là d'une conception "ethno-différencialiste"conduisant à refuser tout multiculturalisme ou mixité.

Factuellement, cela donne donc "les nôtres (les blancs) avant les autres (les non-blancs), selon les mots du président du "Bloc Identitaire". Leur fameux slogan "0% raciste, 100% identitaire" censé les "dédiaboliser" est donc à mille lieux de la réalité. Selon leur conception, les musulmans représentent donc les "envahisseurs" à combattre et face auquel il convient de "résister" et de se "défendre"!

Octobre 2012 : Création de Génération Identitaire le nouveau nom des Jeunesses Identitaires



II) Implantation Lyonnaise

 

Les Jeunesses Identitaires agissent sur Lyon depuis 2002 et y ont tenu leur 1er meeting national à l’hôtel Charlemagne, dans le 2earrondissement, sur le thème « Immigration ? Invasion ? La jeunesse européenne dit non ! ». Ils se sont ensuite régulièrement réunis dans un bar du quartier Monplaisir.

La boite postale nationale des Jeunesses Identitaires est à Lyon depuis 2004.

Leur première manifestation publique s’est tenue place des Jacobins, contre l’entrée de la Turquie dans l’Europe, au cours de leurs deuxièmes assises nationales.

 

Création officielle des Jeunesses Identitaires en 2009 sur Lyon. Ils portent un nom plus 'couleur locale' : Rebeyne, la révolte en lyonnais.

« Rebeyne c’est le nom que nous avons choisi, nous les jeunes Identitaires lyonnais, pour notre mouvement. Symbole de l’esprit de rébellion si cher à la ville, ce nom illustre notre combat actuel : celui d’une révolte contre ce monde en proie à la mondialisation tueuse des peuples et destructrice des cultures. C’est aussi le symbole d’un refus de l’islamisation, de la pensée unique et du racisme anti-blanc qui en découle.

Ni dorée, ni droguée, notre jeunesse est enracinée, fière de son Histoire, de ses valeurs, de sa culture, à la fois européenne, française et lyonnaise. Elle défend son identité, aujourd’hui menacée par l’uniformisation et l’immigration massive, à travers ses actions militantes et son engagement quotidien. »

(http://www.lyonlemelhor.org/qui-sommes-nous/)

 

Puis ouverture du local la Traboule le 13 avril 2011 (le lieu était déjà occupé officieusement depuis octobre 2010). Rappelons que ce local est, d'après la loi, une salle de réunion sans spectacle (article L3D), pouvant accueillir au maximum 88 personnes. Il suffit pourtant d'aller sur le site des Identitaires pour voir que ceux-ci l'utilisent très souvent comme salle de spectacle (concert, soirées festives, soirées cinéma, etc...).

 

Ils mettent en avant une "culture lyonnaise" en utilisant et détournant différents symboles ou événements lyonnais : l'expression Lyon le melhor, récupération de Guignol, organisation d'une marche aux flambeaux par leur association cousine « les petits lyonnais ».

 

Lors de la dernière convention nationale, un des porte paroles de Génération Identitaire s'exprimait avec ces propos : "Lyon pourrait être une base pour les jeunes identitaires en France. Géographiquement, c’est stratégique : pile au milieu entre Nice et Paris…"

 

 

 

III) Actions revendiquées sur Lyon

 

  • Février 2006, une campagne 'ni voilée , ni violée … touche pas à ma sœur'

  • Février 2007, les Jeunesses Identitaires lancent une campagne, essentiellement à base d'autocollants sur le racisme anti-blanc

  • Janvier 2008, un collectif est monté en opposition au Réseau Éducation Sans Frontière, le collectif expulsion sans frontière reprenant le visuel d'RESF

  • Avril 2009, date de leur première action visible sur Lyon, durant le rassemblement contre le délit de solidarité. Ce rassemblement à l'appel de plusieurs collectifs en opposition à la mise en place d'interpellations de personnes venant en aide aux sans-papiers, a été vainement perturbé par une dizaine de jeunes identitaires qui portaient une bâche sur laquelle était inscrit 'RESF négrier'

  • 4 mai 2009, un commando de cinq membres des Jeunesses Identitaires agresse violemment un groupe d'étudiants grévistes de l'université Lyon 2. Un message de revendication sera publié sur leur blog avant d'être rapidement retiré. ( http://rebellyon.info/Agression-d-etudiants-de-Lyon-II.html )

  • Septembre 2009, Campagne lobbying contre une exposition photo à la mairie du 4e arrondissement de Lyon, 'les chiffres ont un visage'.

  • 22 octobre 2009, Première manifestation publique des Jeunes Identitaires lyonnais à Charbonnières. Devant la presse, Pierre Robesson se présente comme "le responsable des jeunes identitaires lyonnais".

  • Mars 2010, Les Jeunesses Identitaires ont très vite compris que les médias étaient un puissant vecteur de propagande et que ces mêmes médias sont friands d'actions coup de poing. Ils montent donc une action contre le Quick Halal de Villeurbanne, débarquant à 70 avec des masques de cochons, éructant leurs slogans (« Ça suffit l'islamisation » ou encore « Première, Deuxième, Troisième génération. Nous sommes tous des mangeurs de cochon ». ) durant 5 minutes le temps de faire une vidéo qui fera le 'buzz' dans les médias français.

  • Juillet 2010, les Identitaires s'essayent à la milice et font une 'ronde citoyenne de sécurisation des berges du Rhône' , une action qui n'aura eu lieu qu'une seule fois. (http://www.lyonlemelhor.org/2010/07/premiere-ronde-citoyenne-de-securisation-sur-les-quais-du-rhone/ )

  • Août 2010, soutien à M. Galinier (http://www.lyonlemelhor.org/2010/09/papy-galinier-succes-du-rassemblement-organise-par-rebeyne-et-le-bloc-identitaire-lyon/ )

    pour analyse :

    http://www.rue89.com/2010/08/24/papy-galinier-martyr-de-l-extreme-droite-qui-embarrasse-l-ump-163709

  • 23 octobre 2010, durant les manifestations contre la réforme des retraites, les Jeunes Identitaires alliés à Lyon Dissident (groupe néo-nazi) décident d'une manifestation, qui se limitera au 2e arrondissement de Lyon (entre Perrache et Bellecour) où ils seront un peu plus de 150, pour crier leur haine contre la 'racaille'

    (http://www.lyonlemelhor.org/2010/10/tractage-faut-il-etre-une-racaille-pour-avoir-le-droit-de-manifester-a-lyon/ )

  • 14 mai 2011, marche des cochons, les Jeunesses Identitaires décident d'une manifestation ouvertement islamophobe, qui sera retoquée par le préfet et se 'limitera' à un rassemblement place St Jean d'environ 400 personnes venant de France et de l'étranger (on retrouve le représentant de l'English Defense League Tommy Robinson)

    Le rassemblement des identitaires à Saint-Jean pour la « liberté d’expression » autorisée par le préfet a été l’occasion d’un déchaînement de haine et de violences :

    - saluts nazis

    - discours contre l’islam et les musulmans pour l’Europe blanche

    - saccage de commerces dans le Vieux-Lyon (exemple : restaurant kebab saccagé par les membres du local néo-nazi à Gerland)

    - agressions de passants

  • 17 décembre 2011, les Jeunesses Identitaires de Rebeyne s'en prennent aux personnes venues voir le groupe de rap Sniper au Ninkasi Kao (http://rebellyon.info/Fachos-et-hools-agressent-les.html)

  • janvier 2012, un concert d'RESF a lieu en plein dans 'leur' quartier dans le 5e arrondissement de Lyon. Il n'en faudra pas plus pour qu'une dizaine de jeunesses identitaires débarquent aux chants de 'RESF négrier' et 'RESF soutien des patrons et du capital'.

  • Pendant ce temps, dans la salle de concert, l'ancien trésorier de l'association 'les petits lyonnais' qui est une association écran des jeunes identitaires, tente une action en lançant des boules puantes durant la représentation.

  • Avril 2012 Campagne « Mohamed Merah une chance pour la France » , campagne initialement du Bloc Identitaire mais dont les Jeunes Identitaires se sont faits les petites mains, on retrouve un certain nombre d'affiches collées dans l'agglomération lyonnaise.

  • Récemment les membres de Génération Identitaire se sont illustrés avec « génération solidaire » et des maraudes pour venir en aide aux SDF français de souche

    http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-communique-de-presse-du-collectif-114633549.html.

  • Depuis début 2012 , un journal 'le Muscadin' est distribué aux habitants du quartier du Vieux Lyon.

    Par ailleurs le groupe Rebeyne et les membres de la Traboule prétendent entretenir d'excellents rapports avec leurs voisins. Le son de cloche ne semble pas être le même auprès des commerçants du quartier. ( http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-des-commer-ants-de-st-jean-denoncent-les-exactions-des-identitaires-79756615.html )




IV) Les Monts du Lyonnais

 

  • À 3 reprises la MJC de Vaugneray a vu son bâtiment tagué avec des insultes, assortis d'autocollants des identitaires. Des plaintes ont été déposées à chaque fois. 

    - Décembre 2010 : autocollants de Rebeyne et insultes de la MJC taguées sur le bâtiment ("MJC = nid de délinquants")

    - Avril 2011 : autocollants du bloc identitaire - « le colleur » appartenant à cette mouvance a été arrêté ; 

    - Septembre 2012 : autocollants des jeunes identitaires, tag « WC public », 

 

Les Monts du Lyonnais sont un terreau très fertile pour cette mouvance qui y organise régulièrement des sessions de recrutement. La prochaine ayant lieu à Brindas le 13 février 2013.

 

 

V) La nébuleuse des Identitaires

 

Ayant bien retenu la leçon d'Unité Radicale, les Identitaires multiplient les structures. Ainsi, si l'une des structures tombait sous le coup de la loi et qu'elle était dissoute, les autres pourraient prendre le relais.

 

Il y a eu plusieurs présidents qui se sont succédé au sein des Jeunesses Identitaires, Vivien Gitton (ancien cadre FN puis MNR), puis Gérald Pichon (alias Franck Lancier) enfin Pierre Robesson.

 

Nous avons mis en évidence dans le document suivant les liens entre les différentes organisations.

 

Le collectif vigilance avait déjà parlé des liens entre Lugdunum Suum et les Identitaires lyonnais,

(http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-communique-de-presse-91400150.html

et http://rebellyon.info/Les-liens-evidents-entre-Lugdunum.html)

mais aussi les 10 associations liées au groupe Identitaire lyonnais.

(http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-sur-l-action-des-identitaires-a-poitiers-communique-de-presse-111933477.html)

 


VI )Les Identitaires lyonnais et la justice


M. Pierre Robesson, trésorier du local de la Traboule et signataire de la 'marche des cochons', est présumé coupable de dégradation de véhicule et de tags à caractères racistes et xénophobes (des croix gammées) (http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-communique-de-presse-du-cv69-102767227.html )

 

M. Damien Montant, secrétaire de l'association 'les petits lyonnais', a été condamné à 15 mois de prison dont 10 avec sursis et 5000 euros d'amende, suite à la violente agression place du Change qui a eu lieu le 9 avril 2011. Une quinzaine de personnes armées de barres de fer, entre autre, et sortant de la Traboule s'en étaient pris à des personnes qui revenaient de la manifestation antifasciste.

 

En juillet 2012, deux personnes proches de la mouvance identitaire ont été présentées au parquet et ont reconnu avoir attaqué deux bouchons lyonnais se trouvant place du Change. (http://www.leprogres.fr/rhone/2012/07/27/agression-d-un-restaurateur-a-lyon-saint-jean-deux-hommes-mis-en-examen)

 

 

VII) Un faisceau de présomptions

 

Voici donc la partie émergée de l'iceberg, cependant un ensemble de faits semblent aussi pointer en direction de la mouvance identitaire et de son local. Nous ne pouvons affirmer que des membres de la Traboule ont participé aux différents faits recensés, mais les discours xénophobes et les idéologies haineuses ont toujours conduit à une mise en application physique et violente de la part de ces groupuscules.

Ainsi le Vieux-Lyon (ou Lyon ?) est le théâtre des agissements de membres des groupes de l'extrême-droite, de dégradations jusqu'à des agressions.

  • Février 2010, agression à Saint-Jean de 3 militants, dont un aura le bras dans le plâtre et plusieurs jours d'ITT. Ils ont été attaqués car ils ont été reconnus comme étant des militants antifascistes.

  • 18 juin 2010, à la suite d'un match de la coupe du monde une soixantaine d'individus défilent dans le Vieux Lyon aux cris de "One, two, three, retourne en Algérie" derrière un drapeau à croix celtique. La police intervient, alors qu'ils s'attaquaient à des commerces.

  • 8 décembre 2010 , quartier du Vieux-Lyon un jeune homme se fait frapper au visage car il portait un pin's Che Guevara.

 

  • Entre mai et juin 2011 à deux reprises chaque fin de semaine, des groupes d’une trentaine de personnes sortant du local « La Traboule », armées de bâton ou de barres de fer, improvisent de violentes manifestations de rue plusieurs heures durant. La police semble être intervenue au moins une fois.

  • 15 mai 2011, vers minuit, un couple habitant rue Juiverie, dont les fenêtres donnent sur le local Identitaire, est témoin d’une tentative de passage à tabac. Ils racontent :

    « Une personne d’origine maghrébine, sortant du bar à chicha, s’engage dans les escaliers. Trois jeunes Identitaires qui squattent devant leur local, sur les marches, descendent quatre à quatre les escaliers. Coups de genoux, coups de tête. Un ancien les a ensuite rappelés à l’ordre. Ils sont remontés au local. La victime s’est enfuie en contrebas ».

  • Juin 2011, deux plaques « Rue Juiverie » sont démontées et une autre détériorée ; on y retrouve des inscriptions à caractère antisémite.

  • Début juillet 2011, saccage de fond en comble d’un « bar oriental » installé récemment rue de la Loge au pied de la montée du Change ; des inscriptions nazies sont relevées par la police, du type « Hitler n’a pas fini le travail ». Cette dernière interroge les occupants du local « La Traboule », une enquête en cours évoque « d’obscures raisons de voisinage qui auraient dégénérées », sans qu’il soit énoncé que les Identitaires y soient mêlés. (http://www.rue89lyon.fr/2011/11/15/vieux-lyon-ne-veut-pas-devenir-facho-land/ )

  • Juin 2012, agression d'un restaurateur et son personnel place du Change, avec insultes racistes. On peut souligner que dans un numéro de leur pseudo-journal « Le Muscadin », un article dénonçait justement la présence de terrasses sur la Place du Change et notamment celle du restaurateur agressé.

  • Février 2013, une jeune homme parce qu'il retirait des autocollants de Génération Identitaire dans le quartier de Saint Jean, se fait rouer de coups à quinze contre un.

VIII) Les implantations régionales

 

En 2008 les Jeunesses Identitaires disent avoir 20 sections en France et en suisse romande (http://www.les-identitaires.com/argumentaire.pdf )

 

Différents groupes voient donc le jour, pour autant tous ne seront pas pérennes comme c'est le cas du côté de Lille, en Bretagne et à Toulouse.

 

ÀLille un projet était mené par une association fantôme, "Lille est nôtre", regroupant Vlaams Huis, les "jeunes enracinés de Flandre" Op-staan (issus de la Vlaams Huis) et des dissidents de la VH, antenne locale des JI, Insula pour monter la 'maison flamande'. Celle-ci a fermé en 2012 http://www.nordeclair.fr/Actualite/2012/06/06/la-maison-flamande-annonce-sa-fermeture.shtml

 

Un autre lieu a pu être fermé grâce à une vraie volonté politique locale : 'la maison de l'Artois' à Auchel. Elle a été ouverte en mai 2011 par la même personne qui présidait la maison flamande de Lambersart et le conseil municipal a demandé sa dissolution le 20 octobre 2011 à l'unanimité. (https://luttennord.wordpress.com/2011/10/20/motion-adoptee-par-le-conseil-municipal-dauchel-pour-la-fermeture-de-la-maison-de-lartois/ )

 

En Bretagne, les tensions en interne ont provoqué la disparition de Jeune Bretagne suite à des désaccords politiques comme en atteste un communiqué du Bloc Identitaire.

 

Communiqué de presse de Fabrice Robert, président du Bloc identitaire 19 mars 2012

La diversité et l'unité, plutôt que la division et l'uniformisation

Après de longues consultations internes et en accord avec les cadres fondateurs, j’ai décidé dans l’intérêt du mouvement identitaire ce qui suit :

1. Une nouvelle direction opérationnelle du mouvement identitaire sera mise en place dans les jours à venir. Elle reflètera la variété des initiatives et des engagements militants de l’ensemble de la mouvance identitaire. Une de ses premières missions sera la préparation pour l’automne d’un rassemblement anniversaire des dix ans du mouvement.

2. Philippe Milliau n’appartient plus au bureau exécutif du Bloc identitaire. Il est désormais déchargé de toutes ses responsabilités nationale, régionale et sectorielle.

Après avoir tenté de mettre en place des solutions de conciliation, j’ai pris acte que mes sollicitations n’ont pas été entendues, et, au contraire, volontairement ignorées. Je considère que cette décision met fin à une situation qui portait atteinte à l’unité, à l’originalité et à la diversité du mouvement identitaire.

Fabrice Robert Président du Bloc Identitaire

 

Le cas de Nostra Revolta est particulièrement intéressant puisque les membres possédaient un local et un chef : Mathieu Clique. Or cette section a disparu et le local a fermé suite à l'arrestation du leader pour 'participation à un groupement en vue de commettre des violences ou dégradations" et "violences en réunion ayant entraîné une ITT supérieure à 8 jours." Mathieu Clique est accusé d'être l'auteur de coups portés qui avait entraîné la chute de la victime, provoquant une fracture du crâne. ( http://www.laprovence.com/article/actualites/lauteur-presume-dune-agression-raciste-etait-stagiaire-a-la-ville ). Par ailleurs les membres de la section locale ont été ' récupérés ' par un autre groupe d'extrême-droite les Jeunesses Nationalistes d'Alexandre Gabriac, même si depuis la création de Génération Identitaire, les Identitaires essayent de rassembler leurs ouailles.

 

Depuis 2012, les Jeunesses Identitaires font des petits, surtout en se réorganisant sous le nom de Génération Identitaire.

 

Tentative du cote de Bayonne

http://www.sudouest.fr/2012/03/05/bayonne-a-l-assaut-du-bloc-identitaire-650716-4018.php

 

Bordeaux et son Échoppe

http://www.blocidentitaire-aquitaine.com/identitaires%20region%20aquitaine%20bordeaux/lechoppe/

Le local l’Échoppe ne fonctionne plus depuis l'été 2012.

 

Fac Libre 76 à Rouen http://faclibre76.over-blog.com/ , est un collectif regroupant d'autres membres d'extrême-droite qui n'appartiennent pas nécessairement aux Jeunesses Identitaires. Cependant depuis la rentrée 2012 ils ne semblent plus actifs.

 

On retrouve à Paris le Projet Apache, en Auvergne les JI d'Auvergne alias Oppidum, Jeune Alsace, Vague Normande, Lou Bastioun à Nice, Génération Identitaire pays de Savoie, GI Nice, GI Rennes, GI Angers, GI Dauphiné, GI Le Mans, mais aussi au delà de la frontière française avec Jeunesse Identitaire Genevois, et GI Flandre.

 

 

Conclusion

 

Nationalement un certain nombre de lieux on pu être fermés, cependant il aura toujours fallu attendre des actes de grande violence pour que les pouvoirs publics prêtent attention et agissent en conséquence.

Des faits et un faisceau de présomptions nous font dire, aujourd'hui et depuis son ouverture, que la Traboule doit être fermée. Nous n'avons connaissance que des faits qui nous sont rapportés, nous imaginons sans aucun mal qu'il en existe d'autres qui sont tus.

Non les Jeunesses Identitaires ne sont pas une Jeunesse comme les autres, ils et elles véhiculent une haine enracinée, entre autre d'une France blanche et violente

C'est pour toutes ces raisons, que le Collectif Vigilance 69 exigent la fermeture de ce lieu.

 

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Collectif69Vigilance.over-blog.com
  • Le blog de Collectif69Vigilance.over-blog.com
  • : Descriptif des différentes actions politiques du collectif de vigilance contre l'extrême-droite. Possiblilité de s'inscrire à notre liste de diffusion publique : envoyer un message intiutlé subscribe listepublique-cv69 à sympa@luttes-unitaires-rhone.org .
  • Contact

Appel à une solidarité financière

Depuis trois ans, le collectif 69 de
vigilance lutte contre l'extrême droite 
sur Lyon et sa région. Comme tout 
combat, à la fois politique et judiciaire, 
il nécessite des finances ( avocats, 
soutien aux victimes, etc). Vous êtes 
un certain nombre à nous demander
comment nous aidez, voici donc la solution
la plus simple, mais aussi la plus efficace.

Envoyez nous un chèque en suivant les 
indications jointes :
  • Ordre du chèque : 
    Sud Education ;
  • Au dos du chèque, précisez :
    soutien antifa ;
  • Envoyez le tout à : 125 rue garibaldi, 69006 Lyon.

Nous vous en remercions par avance.

Vous pouvez trouverici le texte fondateur du CV69 :

http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-appel-a-une-riposte-antifasciste-unitaire-54549743.html

 

Archives

Catégories