Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 17:19

Le FN, parti des ouvriers ?

Depuis les années 1980, le vote ouvrier en faveur du FN progresse. Cette évolution a suscité des interprétations polémiques, du “gaucho-lepénisme” à la ”convergence des extrêmes”. Mardi 25 février, à la Fondation Jean Jaurès, des chercheurs invités par l’Observatoire des radicalités politiques (Orap) prenaient de la hauteur sur ce phénomène.

La suite là :

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 17:17

Article à lire là :

https://luttennord.wordpress.com/2014/02/22/sauvons-calais-les-miliciens-sont-dans-la-rue/

Sauvons Calais : les miliciens sont dans la rue

25/02 : L’Action Antifasciste NP2C signale que le tatouage du membre de Sauvons Calais sur la gauche de la première photo est également un symbole néo-nazi : une rune d’Odale, emblème des jeunesses hitlériennes.

Nous vous parlions jeudi de Sauvons Calais. L’organisation, qui se présente comme "apolitique" et "pacifique", organise depuis quelques semaines des manifestations contre la présence de migrants à Calais et fiche sur internet les militants associatifs qui viennent en aide aux sans papiers, en particulier ceux du groupe No Border.

La tension est encore monté d’un cran lors de l’ouverture d’un squat à Coulogne (commune limitrophe de Calais) par des sans abris aidés par le collectif No Border. Le collectif Sauvons Calais, toujours prompt à taper sur les plus démunis, c’est emparé de l’affaire. Résultat : rassemblements haineux devant la maison occupée, jets de pierre, intimidation envers les personnes hébergées et leurs soutiens, fichage, delation et tentative d’entrer en force.

On savait le collectif proche du Front National, on sait désormais que le FN fait faire le sale boulot par des militants de groupuscules néo-nazis. Unis dans l’action, les fascistes de Génération Identitaire n’hésitent pas non plus à mettre la main à la patte.

Cette véritable petite milice fasciste se sent toute puissante dans le Calaisis. Pourtant elle tremble lorsqu’une poigné d’antifascistes vient perturber l’un de ses rassemblements xénophobe. Et elle tremblera encore.

la suite sur le site "Lutte en Nord"

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 17:15

Publié sur le site de la Horde :

http://lahorde.samizdat.net/2014/02/28/argumentaire-anti-fn-a-telecharger/

Le Collectif Antifasciste Rennais nous a envoyé un argumentaire anti-FN aux couleurs flashy et au contenu sans concession, à télécharger en cliquant sur l’image ci-contre, et nous le présente dans le texte ci-dessous....

Lire la suite sur leur site.

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 16:43

Article paru sur Rebellyon et écrit par le collectif Article 31

http://rebellyon.info/?Municipales-2014-Un-identitaire-de

Municipales 2014 : Un identitaire de Rebeyne tête de liste pour Marine Le Pen

Marine Le Pen le répète a tue-tête : le Front national n’est pas un parti d’extrême-droite et quiconque soutiendrait l’idée inverse serait poursuivit en justice. Évidemment la réalité est différente et ce malgré les purges et les excommunications prononcées à l’encontre des vilains petits canards qui viendraient écorner l’image du parti.

Si Philippe Vardon a lui-même fait les frais de cette stra­té­gie en se voyant refu­ser l’adhé­sion au Rassemblement Bleu Marine (RBM) en dépit de son sou­tien affi­ché à la fille Le Pen à la der­nière élection pré­si­den­tielle, d’autres arri­vent à passer à tra­vers les mailles du filet.

Ainsi, le tête de liste du RBM à Chassieu est un mili­tant de Génération Identitaire (GI) et de Rebeyne. Romain Espino, alias Romain Castel, 20 ans, employé de com­merce dans un maga­sin de sport de l’ouest lyon­nais, est un mili­tant iden­ti­taire investi. Conseiller fédé­ral de GI, membre du Clan [1], il fait partie des 19 inter­pel­lés lors de l’action contre le siège du Parti Socialiste le 26 mai 2013 en marge de la der­nière « Manif Pour Tous » du prin­temps 2013. Comme ils en ont l’habi­tude les iden­ti­tai­res avan­cent mas­qués et le nom de Romain Espino (et sa photo) ont été retiré de la liste des conseillers fédé­raux sur le site de GI depuis son inves­ti­ture.

Cette inves­ti­ture cor­res­pond à la stra­té­gie de GI visant à l’inté­gra­tion de mili­tants iden­ti­tai­res dans des listes RBM, UMP, divers droi­tes ou sans étiquettes pour les élections muni­ci­pa­les. Une stra­té­gie d’entrisme du Bloc Identitaire pour laquelle Fabrice Robert était venu donner conseils et direc­ti­ves à Lyon les 14 et 15 décem­bre 2013. Le même week-end, l’autre leader de la mou­vance iden­ti­taire, Philippe Vardon don­nait une confé­rence à la Traboule le ven­dredi, preuve que Lyon est un enjeu poli­ti­que impor­tant pour eux.

Cette alliance avec le FN s’ins­crit loca­le­ment dans une démar­che de rap­pro­che­ment entre les deux for­ma­tions depuis 2 ans. Le FN n’est plus à une contra­dic­tion près quant à son refus d’être assi­milé à l’ « extrême-droite » quand par exem­ple (encore) il s’efface bien ami­ca­le­ment devant les radi­caux (et ancien élus FN) Benedetti et Gabriac à Vénissieux.

Cette situa­tion a le mérite de rap­pe­ler plu­sieurs choses. D’une part que le FN est un parti à faible struc­ture mili­tante, obligé de faire appel à des per­son­nes sans grande expé­rience poli­ti­que pour pou­voir pré­sen­ter des can­di­dats dans un maxi­mum de muni­ci­pa­li­tés pour les pro­chai­nes élections. D’autre part que la poro­sité entre le FN et la droite natio­na­liste radi­cale reste plus que jamais une réa­lité malgré toute la pro­pa­gande élaborée pour faire croire le contraire. Et enfin que les iden­ti­tai­res res­tent un mou­ve­ment poli­ti­que schi­zo­phrène, jouant d’un côté la carte « démo­cra­tie et répu­bli­que » en pré­sen­tant des mili­tants au suf­frage uni­ver­sel, et d’un autre la carte « cas­ta­gne et agres­sion » en ayant des mili­tants ou sym­pa­thi­sants n’hési­tant pas à jouer des mains.

Chassez le natu­rel et...

Collectif Article 31

Les liens entre identitaires et Front National
25 juillet 2013. Les « 19 de Solférino », dont Romain Espino, après le rendu du juge­ment.

25 juillet 2013. Les « 19 de Solférino », dont Romain Espino, après le rendu du juge­ment.

1 : Romain Espino 2 : Damien Lefèvre alias Damien Rieu 3 : Maxime Gaucher [2] alias Merc

1 : Romain Espino 2 : Damien Lefèvre alias Damien Rieu 3 : Maxime Gaucher [2] alias Merc

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 16:42

Le Rassemblement bleu Marine tourne à l’auberge espagnole d’extrême droite

http://droites-extremes.blog.lemonde.fr/2014/03/04/le-rassemblement-bleu-marine-tourne-a-lauberge-espagnole-dextreme-droite/

Mais que se passe-t-il au Rassemblement bleu Marine? Ce parti jumeau du FN, présidé par Marine Le Pen, avait initialement pour but d'attirer des candidats "modérés" qui n'osaient pas adhérer directement au FN. Ce qui avait d'ailleurs fait dire à Jean-Marie Le Pen que le RBM était pour les "tièdes". A l'occasion des municipales, le Rassemblement se fait remarquer par les sorties et les profils plus que radicaux de certains de ses candidats.

Civitas à Reims

Où l'on retrouve Civitas. Le directeur de campagne de Roger Paris, candidat RBM à Reims, n'est autre que Jean-Claude Philipot, numéro deux de l'Institut Civitas. Ce commissaire colonel à la retraite, qui a dirigé le commissariat de l'armée de terre de Châlons-en-Champagne seconde depuis juin 2012 Alain Escada à la tête de ce mouvement catholique intégriste proche de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie X. Tout dernièrement Civitas a été partie prenante de la manifestation Jour de Colère à Paris.

Comme nous l'écrivions dans un précédent post, Civitas nourrit quelques ambitions pour le courant national-catholique dans la perspective des municipales. En janvier 2011 , l'un des cadres de l'Institut, l'abbé de Cacqueray avait vendu la mèche dans un texte intitulé "L'engagement municipal de 2014 : un devoir pour les catholiques". Il écrivait : "Est-il de peu d’importance que l’administration des communes soit toujours laissée à ceux qui ne sont pas de vrais et fervents catholiques ? Est-il de peu d’importance qu’elles soient administrées, sur toute la France, par des dizaines de milliers d’hommes qui sont indifférents ou hostiles au règne de Notre Seigneur Jésus-Christ ? Il y aura sans doute en 2014 des centaines, voire des milliers de nouveaux élus musulmans qui décupleront l’expansion de l’Islam. Cela n’a-t-il pas d’importance ? N’y a-t-il rien à faire ?"

Paul-Marie Coûteaux et les Roms

D'autres plus célèbres s'abîment dans des déclarations honteuses. L'AFP a ainsi repéré sur le blog de Paul-Marie Coûteaux, candidat RBM dans le 6e arrondissement de Paris, une note où il évoque l'idée de "concentrer" les Roms "dans des camps"."Que peut faire M. le ministre de l'intérieur – à part concentrer ces populations étrangères dans des camps, où la vie serait sans doute si peu conforme à ce qu'elles escomptaient du voyage qu'elles préféreraient déguerpir d'un territoire aussi inhospitalier ?", s'interroge-t-il. Avant de continuer : "Mais ce courageux ministre, s'il l'était, irait sans doute à l'encontre des oukases bruxellois, de la Cour européenne des Droits de l'Homme, de tout l'attirail dit européen, sans compter de la catholicité et du Pape en personne."

M. Coûteaux s'est défendu d'appeler à la construction de camps, précisant qu'il avait écrit ces phrases sous la forme interrogative. Président du SIEL – petit parti allié du FN au sein du RBM –, il avait appelé à manifester lors du Jour de colère (voir ici) le 26 janvier. La veille, il avait organisé un colloque, où plusieurs personnalités de l'extrême droite activiste, comme Béatrice Bourges (Printemps français) ou Olivier Perceval (Action française) avaient pris la parole. Marine Le Pen était aussi intervenue, mais après ces figures encombrantes.

Pour l'instant, aucune sanction n'est annoncée à l'encontre du candidat RBM. "M. Coûteaux est un grand garçon, il s'exprime comme il veut. Je ne m'exprimerais pas ainsi, c'est tout ce que je peux dire. La campagne FN-RBM ne s'exprime pas comme M. Coûteaux. Mais je n'ai pas à condamner", a ainsi botté en touche Wallerand de Saint-Just, tête de liste FN-RBM à Paris, sur le site du Parisien.

Les Identitaires en embuscade

Si Philippe Vardon s'est vu refuser l'entrée sur la liste conduite à Nice par Marie-Christine Arnautu, quelques "anciens" identitaires seront présents sur les listes RBM. C'est le cas de Louis Noguès, tête de liste au Mans. Par ailleurs, à Béziers, deux cadres du Bloc identitaire, Arnaud Naudin et Christophe Pacotte, secondent la liste de Robert Ménard.

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
4 mars 2014 2 04 /03 /mars /2014 16:39

Entre 1000 et 1300 personnes ont parcouru les rues de Lyon pour soutenir les deux mineurs agressés au couteau par des néo-nazis du Vieux Lyon, ainsi que leur famille, et protester contre les idées et les groupes fascistes présentent depuis plusieurs années à Lyon.

Plusieurs prises de parole ont eu lieu, cer­tai­nes au début de la mani­fes­ta­tion place du Pont, écrites par les parents des agres­sés, d’autres à Bellecour et d’autres encore sur la place des Terreaux à la fin de la mani­fes­ta­tion.

Les rues de Lyon ont rai­son­née aux cris de « Violence fas­ciste, Collomb com­plice ! » « La tra­boule doit fermer, pas de fachos dans nos quar­tiers ! », « le fas­cisme c’est la gan­grène, on l’élimine ou on en crève » ou « Fascistes assas­sins, Etat com­plice ».
Les mani­fes­tant-e-s ont aussi pro­fité de l’occa­sion pour mar­quer leur soli­da­rité avec les tra­vailleurs licen­cié-e-s de la librai­rie Chapitre qui occupe leur locaux . « Solidarité avec les licen­cié-e-s » ou « Face à la misère, riposte popu­laire ! »

Article paru sur Rebellyon suite à la manifestation du 22 février
Article paru sur Rebellyon suite à la manifestation du 22 février
Article paru sur Rebellyon suite à la manifestation du 22 février
Article paru sur Rebellyon suite à la manifestation du 22 février
Article paru sur Rebellyon suite à la manifestation du 22 février
Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
21 février 2014 5 21 /02 /février /2014 13:00

Appel à la manifestation contre l'extrême-droite samedi 22 février 15 Place Gabriel Péri

Le Collectif de vigilance 69 contre l’extrême droite a décidé de se joindre à l'appel à la manifestation contre l'extrême-droite suite à l'agression de jeunes mineurs à Saint-Jean, agression au couteau extrêmement grave qui aurait pu entraîner la mort de deux d’entre eux. Cette agression rappelle l'urgence des réponses adéquates au développement de l'extrême-droite la plus violente sur ce quartier. Le CV 69 attire l'attention sur ce sujet depuis de trop nombreuses années.

Les premières personnes interpellées le sont au sein des groupuscules fascistes que le CV 69 dénonce depuis plusieurs années.

Depuis 4 ans, il y a eu l'agression de militants syndicalistes en mars 2010, puis en avril 2011, où une personne s'était fait cassée la mâchoire (condamnation d'un membre des identitaires), ou encore l'an passé avec l'agression ultra violente de supporters anglais de Tottenham qui avaient été très gravement blessés (plusieurs dizaines de jours d'ITT).

Des membres de ces groupuscules fascistes (Jeunesses Identitaires, GUD...)

s'approprient ce quartier. Les identitaires y ont d'ailleurs leur local, la Traboule, dans lequel ils organisent des cours de boxe et font venir des idéologues d'extrême droite pour des conférences. La violence et le sentiment d'impunité de ces groupuscules sont tels dans ce quartier que lorsqu'il s'agit d'y lire des textes sur le thème «des voix s'élèvent contre le fascisme ordinaire» à la MJC du Vieux-Lyon, cela ne peut se faire qu’avec un important dispositif policier et l'appui des CRS.

De plus, l'interdiction formulée par la préfecture d'autoriser la manifestation de passer à Saint-Jean est scandaleuse, et ne tend qu'à entériner la territorialisation de ce quartier et sa transformation en zone de non droit. Le CV 69 rappelle qu'il lutte pour qu'aucun quartier ne soit interdit, et que chacun et chacune puisse circuler sans risque d'agression violente. Nous demandons par ailleurs toujours la fermeture du local des identitaires et espérons qu'il ne faudra pas un mort, dans cette escalade de la violence, pour que cette décision soit enfin prise. Nous demandons que les autorités témoignent de leur engagement à mettre fin à cette situation en communiquant rapidement sur les évolutions de l’enquête sur ces agressions.

Le collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
18 février 2014 2 18 /02 /février /2014 15:21

Saint-Jean: Agression à l'arme blanche

Jusqu'à quand les fascistes pourront-ils continuer de croire que ce quartier est le leur

?

Vendredi 14 février, dans la soirée, deux jeunes mineurs ont été agressés à l'arme

blanche par une bande de nervis d'extrême-droite. Cela est malheureusement récurent dans ce

quartier.

Depuis 4 ans, il y a eu l'agression de militants syndicalistes en mars 2010, puis en avril

2011, où une personne s'était fait cassée la mâchoire (condamnation d'un membre des

identitaires), ou encore l'an passé avec l'agression ultra violente de supporters anglais de

Tottenham qui avaient été très gravement blessés (plusieurs dizaines de jours d'ITT).

Des membres de ces groupuscules fascistes (Jeunesses Identitaires, GUD...)

s'approprient ce quartier. Les identitaires y ont d'ailleurs leur local, la Traboule, dans lequel ils

organisent des cours de boxe et font venir des idéologues d'extrême droite pour des

conférences. La violence et le sentiment d'impunité de ces groupuscules sont tels dans ce

quartier que lorsqu'il s'agit d'y lire des textes sur le thème «

des voix s'élèvent contre le

fascisme ordinaire

» sous l'impulsion de la MJC du Vieux-Lyon, cela ne peut se faire qu’avec

un important dispositif policier et l'appui des CRS.

Un pas de plus a été franchi avec cette agression à l'arme blanche. Leur volonté de

blesser gravement, voire de tuer est ici bien présente. Cette agression rappelle l'urgence de

réponses adéquates au développement de l’extrême droite la plus violente sur ce quartier.

Le CV69 attire l'attention sur ce sujet depuis de trop nombreuses années. Cela ne peut durer

plus longtemps

!

Nous appelons donc une nouvelle fois les autorités compétentes à agir pour faire

cesser ces actions et nous rappelons, comme nous l’avons fait à plusieurs reprises lors de

manifestations, qu'aucun quartier n'est interdit à qui que ce soit. Enfin, le CV 69 réclame

toujours la fermeture du local des identitaires et espère qu’il ne faudra pas un mort, dans cette

escalade de la violence, pour que cette décision soit enfin prise

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
30 janvier 2014 4 30 /01 /janvier /2014 14:10

La défaite politique de « Jour de colère »

Avec 17 000 participants recensés par la police au plus fort de l'après-midi, la manifestation "jour de colère", dimanche 26 janvier à Paris, a marqué les esprits. C'est la première fois depuis longtemps, qu'une extrême droite, pour le moins éclatée, mobilise autant. C'est encore la première fois depuis longtemps, que des slogans antisémites, négationnistes sont scandés de manière totalement assumée dans un défilé de cette importance. Sans compter les mots d'ordre violents visant les journalistes et les homosexuels.

C'est la première fois, enfin, que l'ultra-droite, dans ses composantes les plus radicales et les plus racistes, cohabite sans heurt dans un même cortège avec des militants plus métissés, issus de la "Dieudosphère", sous le mot d'ordre de "la liberté d'expression". Mais ce qui, à première vue, est apparu comme un succès de cette mouvance ressemble pourtant à une défaite politique. Que signifie cette mobilisation ? Doit-on y voir une mutation de l'extrême droite ?

Ce rassemblement était organisé par le Printemps français, étiquette sous laquelle sont réunis depuis près d'un an les éléments les plus radicaux anti-mariage pour tous. L'objectif était de faire "coaguler les colères" contre le pouvoir qui, dixit, "n’écoute pas le peuple, matraque les contribuables, enterre notre armée, libère les délinquants, déboussole nos enfants, pervertit notre système scolaire, réduit nos liberté, assassine notre identité, détruit nos familles".

Le Printemps français est, dans les faits, structuré par l'Action française (AF, maurrassiens), qui assure toute sa logistique et dont les locaux servent de base arrière. Antirépublicaine et antiparlementaire assumée, l'AF est depuis un an de toutes les actions coup-de-poing et a le vent en poupe.

Le défilé avait reçu le soutien d'une myriade d'associations, pour une part fantomatiques ou liées directement au Printemps français comme le collectif "Hollande dégage" de David van Helmerick , l'un des responsables du PF, le Collectif des avocats libres de Frédéric Pichon ou le Camping pour tous. Mais aussi de divers microgroupes antifiscalité.

Un défilé politiquement marqué

"Quand il y a le feu à la maison, on ne demande pas le CV du pompier", a expliqué Béatrice Bourges, porte-parole du Printemps français et figure centrale de ce "jour de colère" quelques temps avant le défilé. Et de fait, cette fameuse manifestation est devenue le point de rencontre et de jonction de toute la mouvance ultra. Et d'elle seule.

Peu de familles, presque pas d'enfants, une ambiance agressive, tendue et pesante. Et la volonté pour ces militants, dont certains n'hésitaient pas à faire référence à l'Ukraine, d'en découdre, comme ils l'avaient fait en 2013 lors des fins de cortège place des Invalides.

Les catholiques intégristes de Civitas ont ainsi amené avec eux depuis Lyon des activistes du Gud Lyon (proches du mouvement "philo-nazi" Terre et peuple) et des hooligans. Le Renouveau français, le Gud Paris, les anciens des Jeunesses nationalistes et de l'Oeuvre française – deux organisations dissoutes cet été – étaient également présents.

Si le FN n'appelait pas à cette manifestation et qu'aucun de ses cadres n'était là, un proche de Marine Le Pen, Axel Loustau, était de la partie, comme l'a relevé Mediapart.

Dieudonné avait appelé ses soutiens à participer au défilé. Il a été entendu. Son acolyte, le polémiste Alain Soral, patron d'Egalité et réconciliation, qui se revendique désormais "national-socialiste", avait aussi fait le déplacement avec un groupe d'environ 200 personnes. Certains d'entre-eux brandissaient des ananas – un signe de ralliement à Dieudonné et son chant "Shoahnanas".

La naissance d'un "bloc brun" ?

Dans son édition du 23 janvier, l'hebdomadaire d'extrême droite Minute prédisait pour ce "jour de colère" la formation d'un "Black Block droitier", composé "de hooligans, de patriotes ou de conservateurs énervés" ayant en commun "l'idée que l'on ne parvient pas à se faire entendre en étant sages et fustigeant la politique rose-bonbon de la Manif pour tous". Apparemment, Minute était bien renseigné puisqu'en fin de cortège plusieurs dizaines de personnes, encapuchonnés, le visage recouvert de foulards, ont constitué un tel bloc. Il faut dire que les Nationalistes autonomes avaient appelé leurs troupes à rejoindre le défilé.

Visuel diffusé sur les réseaux sociaux

Place Vauban, après la dispersion, ils ont affronté les forces de l'ordre avec le renfort de jeunes pro-Dieudonné. En tout, quelques trois cents personnes. Chose inédite, ces deux groupes n'étant ni sociologiquement, ni politiquement semblables. Seuls points d'accord : la "baston" et la haine des juifs.

La fuite des "modérés", l'échec politique de "jour de colère"

La physionomie de cette manifestation, les violences de la soirée ont, après-coup, eu un effet repoussoir. Ceux qui en 2013 fustigeaient "la répression" des fins de "Manif pour tous" n'ont aujourd'hui pas de mots assez durs pour condamner "jour de Colère". Il en va ainsi d'Ivan Rioufol, chroniqueur du Figaro, qui résume bien l'état d'esprit. "'Jour de colère' a dévoilé la face hideuse d’un France fascistoïde. Il est l‘exemple à ne plus suivre", écrit notamment le journaliste dans un billet.

Car là est bien la défaite politique de "jour de colère". Il est apparu pour ce qu'il a toujours été : un défilé bric-à-brac d'extrême droite radicale et non le soit-disant mouvement citoyen apolitique et indépendant qu'il prétendait incarner.

***

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
26 janvier 2014 7 26 /01 /janvier /2014 15:04

Sur le même principe que le Dieudosphère , voici un perltree pour savoir qui se cache derrière "jour de colère" , un véritable fourre tout d'extrême droite la plus nauséabonde.

perltree jour de colère

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com

Présentation

  • : Le blog de Collectif69Vigilance.over-blog.com
  • Le blog de Collectif69Vigilance.over-blog.com
  • : Descriptif des différentes actions politiques du collectif de vigilance contre l'extrême-droite. Possiblilité de s'inscrire à notre liste de diffusion publique : envoyer un message intiutlé subscribe listepublique-cv69 à sympa@luttes-unitaires-rhone.org .
  • Contact

Appel à une solidarité financière

Depuis trois ans, le collectif 69 de
vigilance lutte contre l'extrême droite 
sur Lyon et sa région. Comme tout 
combat, à la fois politique et judiciaire, 
il nécessite des finances ( avocats, 
soutien aux victimes, etc). Vous êtes 
un certain nombre à nous demander
comment nous aidez, voici donc la solution
la plus simple, mais aussi la plus efficace.

Envoyez nous un chèque en suivant les 
indications jointes :
  • Ordre du chèque : 
    Sud Education ;
  • Au dos du chèque, précisez :
    soutien antifa ;
  • Envoyez le tout à : 125 rue garibaldi, 69006 Lyon.

Nous vous en remercions par avance.

Vous pouvez trouverici le texte fondateur du CV69 :

http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-appel-a-une-riposte-antifasciste-unitaire-54549743.html

 

Archives

Catégories