Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
11 juin 2011 6 11 /06 /juin /2011 18:30

Jeudi 9 juin à 14h se tenait le procès de deux camarades antifascistes "accusés" par des membres du local néo-nazi de Gerland d'agressions.

60 personnes à l'appel du collectif de vigilance contre l'extrême-droite étaient présents pour soutenir leurs camarades.

Le procès ne fit que confirmer les certitudes des deux "accusés" et celles du collectif, à savoir que les présumés agressés ne l'ont jamais été.

Les deux camarades ont été condamné uniquement pour port d'armes prohibées (bombes lacrymogènes) qui leur a permis de se sortir d'un guet-apens tendus par les accusateurs qui aurait pu très mal se finir pour eux (nous avons tous en mémoire l'agression de Villeurbanne).

Quant à ce qui s'est passé avant le verdict devant le tribunal, un compte-rendu très détaillé se trouve sur le lien ci-contre (http://rebellyon.info/Proces-au-TGI-les-neo-nazis.html).

Nous nous étonnons du traitement fait par le progrès sur son site internet et dans son édition papier du vendredi 10 juin; et du site de Lyon Capitale sur ces incidents.

Nous reviendrons prochainement dessus dans un  communiqué de presse.

Le collectif 69 de Vigilance contre l'extrême-droite

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
7 juin 2011 2 07 /06 /juin /2011 11:26
Bonjour,

Je viens d’être informée de votre appel à témoins concernant les évènements
du samedi 14 mai dernier.

M’étant malheureusement retrouvée au « mauvais endroit, au mauvais moment »
cette nuit là,  je vous livre mon témoignage… qui j’espère suscitera des
réactions productives pour poursuivre la lutte contre toutes les formes
d’idéologies découlant sur la violence et la haine raciale.

« Samedi 14 mai vers 14h00 je me promène comme à mon habitude, dans mon
quartier du Vieux Lyon. J’avais bien entendu parler de la fameuse « Marche
des Cochons »  rebaptisée «Rassemblement pour la Liberté » (sic) organisée à
l’initiative du Bloc Identitaire qui devait se tenir cet après-midi là sur
la place Saint-Jean. Mais la scène à laquelle j’ai assisté a surpassé, dans
l’horreur, ce que j’avais pu imaginé. Se tenaient là, près de 200 personnes
(à vu d’œil) toutes venues écouter et applaudir un grossier prêche
islamophobe débité par un des leaders du Bloc. Le discours savamment délivré
en anglais, afin de passer plus « inaperçu », était parsemé de phrases types
comme, et je cite avec un goût amer en bouche : « les musulmans n’ont pas
leurs place France, ils n’obéissent pas à nos règles »… J’en passe des pires
et des meilleures. Au-delà du choc d’être confrontée à de tels propos,
autorisés en place publique sur le sol de la République française, je me
suis d’abord posé la question suivante : dans la mesure où le droit à la
liberté d’expression découle sur l’incitation à la haine raciale ainsi que
sur l’apologie de la violence et de la doctrine néonazie, comment la
préfecture a-t-elle pu donner son aval à un tel rassemblement ?

Preuve que la préfecture avait pressenti les débordements possibles, une
vingtaine de cars de CRS avait été mobilisée pour quadriller le quartier
Saint Jean. Mais à part quelques regards hostiles et quelques cris
d’approbation au discours fasciste, les manifestants n’occasionnent aucune
violence physique.

Samedi 14 mai, vers 23h30-minuit, les CRS sont rentrés à la caserne.
J’arpente alors de la Croix-Rousse, accompagnée de deux amis, à la recherche
d’un bar pour écouter un peu de musique live et boire un verre. Une soirée
dans la bonne humeur, tout ce qu’il y a de plus banal. A priori. Notre choix
se porte sur le Phoebus, rue Pouteau. Avant de passer la porte, nous nous
asseyons quelques minutes sur les marches au croisement de la rue des Tables
Claudiennes et de la rue Pouteau, juste en face du café-concert. 

Ces quelques minutes suffiront à faire basculer la soirée dans l’extrême
violence. Nous assistons effarés, au début du débordement. Cinq ou six
jeunes hommes (25-30 ans) sortent du Phoebus, bouteille de bières vides et
verres en main. Ils commencent à échauffer les deux videurs. Puis ils
jettent furieusement leurs bouteilles et verres sur la vitrine du bar. Ils
sont très rapidement rejoints par une vingtaine d’autres hommes qui
déboulent de la rue des Tables Claudiennes et du bas de la rue Pouteau, en
vociférant des propos racistes accompagnés de saluts nazis. Le groupe se
déchaine pour saccager l’entrée du bar et frappe les videurs, et quelques
personnes présentes à l’entrée.

Pendant ce laps de temps ultra-rapide, nous sommes restés là, en face,
ahuris face à cette vague de violence soudaine et gratuite. Jusqu’à ce que
l’un d’entre eux détourne son regard vers nous, seuls témoins oculaires
proches de la scène. L’homme trapu, aussi âgé d’à peine trente ans, traverse
la rue pour s’en prendre à l’un de mes amis « B » . Il lui flanque un coup
de pied dans les côtes en criant des mots inintelligibles. Sous la pression
du coup, mon ami s’écroule sur le trottoir. La tête heurte le bitume la
première. Restée derrière lui, je panique et commence à supplier son
agresseur d’arrêter. « B » semble inconscient. Par peur qu’il ne s’acharne
(à cet instant, il est en plein délire, il bouge frénétiquement jambes et
bras), je m’allonge sur « B » en continuant à crier ou pleureur ou les deux
à la fois. Au même moment, mon deuxième ami « R » gravit les marches pour se
protéger. L’agresseur se met alors à sa poursuite, réussit aussi à lui
flanquer un coup de pied dans le dos avant de renoncer. Toujours accroupie
sur « R », j’assiste à une deuxième scène atroce. Un passant, remontant la
rue des Tables Claudiennes, se fait littéralement « prendre en sandwich »
par trois hommes du groupe. Ils lui assènent des coups au visage, dans les
côtes et au ventre. Il s’écroule au sol lui aussi, à un mètre de ma jambe
droite. Du sang dégouline de sa mâchoire. J’essaie de reprendre mes esprits
pour faire un meilleur constat ce qui se passe…

Le reste du groupe de « skinheads » continue à détruire la façade du bar.
Des habitants, que le bruit des heurts a alerté, se sont pressés aux bords
des fenêtres et balcons. J’entends des voix qui martèlent « Appeler la
police, appeler la police ! ».  Une deuxième question amère me taraude : où
est donc passé le bataillon de CRS ?

Inquiétés par les cris des habitants, la troupe de skinheads se disperse.
Une partie descend la rue Pouteau, une autre s’éparpille dans la rue des
Tables Claudiennes. En une fraction de secondes, la rue redevient déserte et
je peux enfin constater l’ampleur du désastre. La vitrine du Phoebus est
complètement ravagée, les deux videurs sont sonnés, le patron du bar hagard,
le passant passé à tabac tremble et « B » est toujours inconscient. Les
clients du bar, restés l’intérieur pour éviter les violences, sortent pour
nous rejoindre. On attend déjà les sirènes qui résonnent dans les pentes de
la Croix Rousse.

Cinq minutes plus tard, policiers et pompiers quadrillent les lieux et
prennent en charge les deux blessés. Quelques témoignages sont récoltés,
entre pleurs et crises de nerfs. « B », resté inconscient jusqu’alors,
reprend lentement connaissance avant d’être amené à l’hôpital Saint
Luc-Saint Joseph.

Je repense aux émotions qui me tiraillent à ce moment là. Partagée entre un
sentiment d’incroyable injustice et de peur face à cette percée flagrante et
inhumaine de violences poussées à leur paroxysme par la haine de « l’autre
», par le rejet abject de « la différence »… Où sont passées les valeurs
fondamentales « Liberté, Égalité, Fraternité », socle identitaire de notre
République démocratique ?

Dimanche 15 mai. Après une nuit à l’hôpital, « B » apprend qu’il a souffert
d’un traumatisme crânien, heureusement bénin. Il a dû subir deux IRM et a
reçu un ITT de 7 jours. Je pense à l’autre victime et espère qu’il n’a pas
souffert de blessures graves et qu’il se porte bien aujourd’hui.

Nous avons porté plainte mardi 17 mai. Je suis toujours en attente d’une
convocation au commissariat pour la déposition de mon témoignage. Mais nous
ne cèderons pas. Cette journée et cette nuit du 14 mai ne peut et ne doit
être passée sous silence. Le mutisme médiatique et politique (la préfecture
se doit de prendre ses responsabilités !) est insoutenable à mes yeux. Pour
les faits : entre dimanche 15 et lundi 16, plus de 300 dépêches AFP tombent
sur l’affaire DSK. Contre une seule sur la rixe lyonnaise...

J’ai problablement employé des mots forts, mais je suis convaincue en mon
for intérieur qu’ils sont à la hauteur du drame. Ce drame, c’est la
propagation insidieuse (quoique) mais réelle d’une nouvelle idéologie
fasciste. Ce drame engage notre pays sur le long voire le très long terme.
Alors j’en appelle à la conscience de chacun, mobilisons-nous ! » 

En vous remerciant de tout l’intérêt porté à mon témoignage, je reste à
votre entière disposition pour toute information ou pour participer, par
n’importe quel biais que ce soit, à votre combat légitime.

C.
Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
5 juin 2011 7 05 /06 /juin /2011 17:34

Deux camarades antifascistes sont convoqués devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon en tant que prévenus le jeudi 9 juin prochain, après qu’ils aient été agressés par des nervis fascistes. Le Collectif 69 de Vigilance contre l’extrême-droite appelle à un rassemblement  devant le TGI, 67 rue Servient Jeudi 9 juin à 14h.

 

Le jeudi 14 avril der­nier, deux de nos cama­ra­des anti­fas­cis­tes cher­chaient à garer leur voi­ture pour se rendre chez une amie, qui rési­dait à proxi­mité du local néo-nazi Bunker Korps/Lyon Dissident, local que le col­lec­tif de vigi­lance dénonce, preu­ves à l’appui, comme tel depuis plus de 6 mois. Alors que la voi­ture de nos cama­ra­des se ran­geait, deux nervis viru­lents de l’extrême-droite lyon­naise ont ameuté du monde de leur local tout en les blo­quant. Après une brève alter­ca­tion, nos deux cama­ra­des ont réussi tant bien que mal à s’échapper. Le len­de­main, ce sont nos cama­ra­des qui ont été placés en garde-à-vue. Les rai­sons invo­quées ont été que les deux fas­cis­tes avaient déposé plainte la veille au soir, par­lant d’une agres­sion de la part d’anti­fas­cis­tes, qui auraient été une quin­zaine selon leurs dires !

La police n’a en aucun cas cher­ché à écouter la ver­sion des mili­tants, pré­fé­rant donner du crédit aux décla­ra­tions tota­le­ment fal­la­cieu­ses des nervis d’extrême-droite, mon­trant une fois de plus la col­lu­sion entre fas­cis­tes et cer­tains poli­ciers. A noter que l’une de nos cama­ra­des s’était vue refu­ser le droit de dépo­ser une plainte contre les nervis du Bunker Korps dans ce même com­mis­sa­riat un mois plus tôt, ce qui est tota­le­ment illé­gal.

Le par­quet a même sou­haité dans cette affaire faire placer nos deux cama­ra­des en déten­tion pro­vi­soire. Pourtant, l’enquête a démon­tré qu’ils n’étaient en pos­ses­sion d’aucune arme, hormis une bombe de gaz lacry­mo­gène qui leur avait permis de pren­dre la fuite. Au nom de quoi les fas­cis­tes auraient une parole qui vau­drait plus que celle de nos cama­ra­des, alors que les deux nervis sont connus en outre pour leurs actions vio­len­tes ? De plus, il est à noter que l’un des deux plai­gnants auraient eu 3 jours d’ITT. Cependant, lors­que le com­mis­sa­riat l’a convo­qué pour une confron­ta­tion, il ne pou­vait s’y rendre car il pas­sait les épreuves phy­si­ques du concours d’entrée de l’admi­nis­tra­tion péni­ten­tiaire. Le même qui lors de la-dite confron­ta­tion, qui a fina­le­ment eu lieu, a demandé ce que fai­saient deux mili­tants anti­fas­cis­tes dans un quar­tier où « ils sont en danger de mort » !

Nos cama­ra­des sont convo­qués devant le tri­bu­nal cor­rec­tion­nel de Lyon le jeudi 9 juin pro­chain à 14h. Afin de les sou­te­nir, mais aussi afin de dénon­cer la vio­lence des fas­cis­tes et de l’extrême-droite en géné­ral, nous vous appe­lons à venir vous ras­sem­bler devant le Tribunal de Grande Instance de Lyon, situé 67, rue Servient dans le 3e arron­dis­se­ment (arrêts Métro B Place Guichard, tram­way T1 Palais de Justice-Mairie du 3e).

PAS DE QUARTIER POUR LES FASCISTES ! PAS DE FASCISTES DANS NOS QUARTIERS !

 

Le Collectif 69 de vigilance contre l'extrême-droite.
Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
18 mai 2011 3 18 /05 /mai /2011 15:06

Objet : fermeture du local néo-nazi de Gerland.

Lyon, le 18 mai 2011


Dans un arrêté municipal daté du 13 mai et rendu public aujourd'hui par la Mairie du 7ème

arrondissement (jointe ce matin au téléphone), la Ville de Lyon annonce la fermeture administrative du

local néo-nazi "Bunker Korps Lyon / Lyon Dissident" situé au 22 impasse de l'Asphalte dans le 7eme

arrondissement.


Le collectif, qui informe depuis de nombreux mois déjà sur la réalité de ce local et appelle à la

mobilisation contre la recrudescence d'une extrême-droite radicale et violente à lyon, se félicite de cette

fermeture qui n'a été possible que grace à la large mobilisation, entreprise sur Lyon.

La mobilisation contre l'extrême-droite à Lyon reste malheureusement toujours nécessaire, les violences

du week-end dernier autour du rassemblement des identitaires en témoignent.

Le collectif reste plus que jamais déterminé à poursuivre et renforcer son action pour obtenir :

* la fermeture de l'autre foyer de haine et de violences à lyon : le local "la traboule" tenu par les

identitaires montée du change.

* l'arrêt de toutes les agressions fascistes et racistes.

* Le soutien aux victimes de ces violences dont les dernières en date : celles de la Croix-Rousse et de

Saint Jean Le 14 Mai


Par ailleurs le collectif continue sont travail de compilation de témoignages autour des violences due à

l'extrême-droite lyonnaise.

Vos témoignages sont les bienvenus sur apa69 (at) riseup.net

 

le collectif 69 de vigilance contre l'extrême-droite

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 14:50

La bête immonde était lâchée samedi soir , encore un témoignage.

 

j'habite  rue pouteau. J'ai regardé par la fenetre lorsque j'ai entendu des 
"sieg heil". j'ai vu un groupe que j'ai de suite estimé de 20 à 30 personnes. 
J'ai vu des saluts nazis, au moins 5 ou 6 gars, peut etre plus. J'ai vu 
l'agression du gars en bas de l'escalier, une fille s'est interposée, je ne sais 
pas si c'est elle qui a pris un coup de pied. J'ai appelé les pompiers et la 
police. malheureusement j'ai pas d'autres détails à fournir, c'est allé très 
vite. Je regrette vraiment de pas avoir dégainé la caméra. je peux produire un 
témoignage si nécessaire.
De tout coeur avec vous dans ce combat, dans lequel il est évident vu la presse 
qu'on veut faire passer ces ratonnades pour des règlements de compte entre 
groupes politiques rivaux. Qu'on nous dise quand à gauche on a vu des groupes 
fracasser les gens dans la rue. 

Farid.
Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
17 mai 2011 2 17 /05 /mai /2011 14:49

 

Parce que contrairement à ce que veux faire croire une certaine presse , le samedi 14 mai au soir , ce n'était pas juste une '3 éme mi-temps ' (le Progrés) de quelques cranes rasés en goguette !!

 

"Vous le savez sûrement déjà, les clients du bar qui étaient sur le trottoir
et le Phoebus, ont été sauvagement attaqués dans la nuit de samedi à
dimanche. Un groupe de néo-nazis (salut nazi devant le bar) issus de la
dispersion de la manifestation de l'après-midi, s'en est pris aux fumeurs
qui étaient devant le bar à 1h30 environ du matin. Ils ont cassés la
première vitre de la porte d'entrée. personne ne comprend ce qui se passe,
les musiciens s'arrêtent, tout le monde regarde dehors. On les voit s'enfuir
vers le haut des pentes: têtes blanches et cheveux ras, vêtus de noir.
Après une première acalmie, ils reviennent à la charge, dévalant la rue des
tables claudiennes, pour s'acharner sur les personnes et sur l'entrée du
bar. Les vitres du sas du phoebus ont volé en éclat jusque dans la salle.
Ils voulaient entrer. A l'intérieur les éclats de verre, les cris, les
pleurs, la peur. Une personne crie "les femmes enceintes derrière, ceux qui
veulent se battre devant !"...
nous sommes tous stupéfaits !
Certains appellent la police, mise en attente...
En une seconde j'ai pensé qu'ils pouvaient balancer un truc inflammable à
l'intérieur ... vous connaissez le Phoebus ?
alors nous serions tous morts ... 30 à 40 personnes réunies pour apprécier
un petit concert en toute tranquilité...
Nous avons pu sortir enfin, quelques minutes plus tard.
La police est arrivée, puis les pompiers. Il y avait au moins un blessé
grave sur le trottoir.
Nous avons laissé nos téléphone au patron du bar au cas où il aurait besoin
de nos témoignages.
Et puis ne sachant pas quoi faire, nous sommes rentrés chez nous, chacun de
son côté.
Et dans les rues adjaçantes, lorsque le calme de la nuit est
revenu m'envelopper, j'ai senti que la peur était là.
Aujourd'hui, en France, on peut être agressé d'un moment à l'autre, parce
qu'on fréquente tel lieu, qu'on a telle couleur de peau, ou qu'on aime telle
musique ?

Est-ce qu'on peut faire quelque chose ?
Pour résister à cette montée de violence qui semble se trouver des
légitimités dans les propos tenus par les responsables politiques.
Est-ce que le Phoebus a besoin d'aide ?

Je suis encore choquée de ce qui s'est passé. Depuis hier, je cherche un
moyen de me mobiliser pour que ça ne reste pas sans suite, que l'information
circule et qu'elle participe à une prise de conscience collective avant les
élections de 2012...
Au moins il faut que ça se sache... alors n'hésitez pas.
Je sais que le collectif Vigilance 69 appelle tous les témoins à prendre
contact avec eux...
merci de faire écho à cette triste actualité ..."


Catherine
Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
16 mai 2011 1 16 /05 /mai /2011 09:04

 

Lyon, le 15 mai 2011

 

 

Le rassemblement des identitaires à Saint Jean pour la « liberté d’expression » autorisée par le préfet a été l’occasion d’un déchaînement de haine et de violences :

  • saluts nazi

  • discours contre l’islam et les musulmans pour l’Europe blanche

  • saccage de commerces dans le Vieux Lyon (exemple restaurant kebab par les membres du local néo-nazi à Gerland)

  • agressions de passants

  • actions de commandos nocturnes à la Croix Rousse contre les consommateurs d’un bar et un commerce dans une logique de ratonnade.

Il en découle plusieurs hospitalisations que nous essayons de recenser. Nous savons déjà que deux personnes ont été hospitalisées dans la nuit et sont en réanimation dont l’une avec traumatisme crânien.

 

Nous appelons tous témoins à contacter le collectif de vigilance contre l’extrême droite en cliquant sur le lien à droite du site.

 

Ces événements étaient prévisibles c’est pourquoi nous avions appelés à la manifestation antifascistes pour les prévenir et les dénoncer. Cette manifestation, sous une pluie battante, a été un succès regroupant environ 2000 personnes.

La préfecture avait autorisée le rassemblement du Bloc Identitaire en nous garantissant qu’il mettrait en œuvre tous les moyens nécessaires pour qu’il n’y ait ni agressions ni violences ce week-end à Lyon.

Force est de constater que cet engagement n’a pas pu être tenu.

La préfecture du Rhône avait également pris l’engagement de considérer les organisateurs du rassemblement pour la « liberté » (drôle de liberté !) comme responsables de tous propos, actes ou violences racistes qui seraient tenus : c’est bien le cas !

Nous espérons que cet engagement sera tenu.

 

Plus que jamais nous exigeons :

  • la fermeture du local néo-nazi du Bunker Korps à Gerland et du local « la Traboule » des Identitaires à Saint-Jean ;

  • que tous les moyens légaux soient mis en œuvre pour empêcher ces groupes violents de nuire. La question de leur dissolution est désormais posée.

 

Plus que jamais déterminé, le Collectif de vigilance 69 poursuivra ses actions contre l’extrême droite, contre la banalisation de ses idées et contre la violence de ces différentes composantes.

 

Collectif 69 de vigilance contre l’extrême droite

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 12:27

 

À l’issue de sa réunion, le collectif de vigilance 69 contre l’extrême-droite a décidé de maintenir sa manifestation du 14 mai.

Notre mobilisation s’inscrit en effet dans un travail de longue haleine, visant à dénoncer tous les discours racistes, d’exclusion et de stigmatisation, ainsi que l’implantation sur Lyon de groupuscules d’extrême-droite dangereux et violents. La mouvance identitaire en fait partie.

Pour que cessent les violences diverses dont ces groupes se rendent coupables, nous estimons indispensable que leur locaux (« Bunker Korps Lyon » à Gerland, « la Traboule » à Saint-Jean), où s’élabore toute leur propagande haineuse, soient fermés rapidement.

Nous prenons acte de l’interdiction de la « marche des cochons » par la Préfecture du Rhône : elle confirme bien la dangerosité de ces groupuscules ; le Préfet lui-même l’ayant interdite pour « islamophobie » c’est-à-dire la stigmatisation d’une partie de la population.

Toutefois, les identitaires de Lyon (et de toute la France !) ont annoncé ce jour qu’ils maintenaient leur initiative (même lieu, même horaire, mêmes personnes…), désormais intitulée « rassemblement pour la liberté d’expression » [sic]. Le samedi 14 mai, nous exprimerons notre opposition aux groupuscules fascistes et néo-nazi et notre refus que Lyon soit un "laboratoire de l'extrême-droite".C'est en ce sens que nous maintenons notre manifestation.

Sur un autre plan, nous ne pouvons nous satisfaire d’une partie de l’argumentation motivant l’interdiction de la « marche des cochons » par la Préfecture du Rhône, qui présente notre collectif comme le miroir des groupes que nous dénonçons.

Contrairement à eux, nous ne sommes à l’initiative d’aucune violence : de simples citoyens ou des militants de nos organisations sont en revanche victimes des leurs. En outre, aucun de nos rassemblements ou manifestations n’a donné lieu à débordement.

Pour que cette vision simpliste n’ait plus cours, nous confirmons notre demande d’une réunion rapide avec la Préfecture du Rhône : notre combat est bien celui de toutes les forces démocratiques (associations, partis, syndicats).

 

 

Lyon, le 9 mai 2011.

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
10 mai 2011 2 10 /05 /mai /2011 12:24

http://rebellyon.info/spip.php?action=acceder_document&arg=12490&cle=2d5c398edd331e913873471c8f0a0419a0f2af6a&file=jpg%2Faffiche-4.jpg

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
7 mai 2011 6 07 /05 /mai /2011 11:38

 

Communiqué de presse

 

Le préfet du Rhône a interdit la « marche des cochons » du 14 mai à laquelle appelait l’extrême-droite du "Bloc identitaire " qui voulait en faire un événement national xénophobe, islamophobe et raciste. Tribunal administratif de Lyon a rejeté le vendredi 6 mai le recours déposé par les identitaires.

 

Le collectif 69 de vigilance contre l'extrême droite déplore cependant que le Préfet, dans les attendus de son arrêté, évoque une guerre opposant l’extrême-droite à l’extrême-gauche sur Lyon. Il n’y a pas de « guerre des extrêmes » à Lyon. Il y a une recrudescence inquiétante du nombre d’agressions néo-fascistes (voir pièce jointe) depuis plus d’un an doublée d'une tentative d'implantation de la nébuleuse d'extrême droite (un local néo nazi à Gerland et un autre, identitaire, à Saint Jean).

 

Le collectif 69 de vigilance contre l'extrême droite prend acte acte de cette décision administrative qui met en avant la dangerosité des groupuscules d'extrême droite qu'il dénonce depuis près de deux ans. Il se réunira lundi pour envisager les suites de la mobilisation et organisera une conférence de presse mercredi 11 mai à 17h00 à la bourse du travail de Lyon.

 

"le collectif 69 vigilance contre l'extrême droite rappelle par ailleurs que ses revendications ne se limitent pas seulement à l'interdiction de la « marche des cochons ». Il lutte pour la fin des agressions d'extrême droite et pour la fermeture des locaux Néo nazi à Gerland et identitaires à Saint Jean. La mobilisation continuera quoi qu'il arrive contre l'extrême droite, ses idées nauséabondes et toutes formes de discrimination et d'exclusion

 

Lyon, le 7 mai 2011

 

Le Collectif 69 de vigilance contre l'extrême-droite

 

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com

Présentation

  • : Le blog de Collectif69Vigilance.over-blog.com
  • Le blog de Collectif69Vigilance.over-blog.com
  • : Descriptif des différentes actions politiques du collectif de vigilance contre l'extrême-droite. Possiblilité de s'inscrire à notre liste de diffusion publique : envoyer un message intiutlé subscribe listepublique-cv69 à sympa@luttes-unitaires-rhone.org .
  • Contact

Appel à une solidarité financière

Depuis trois ans, le collectif 69 de
vigilance lutte contre l'extrême droite 
sur Lyon et sa région. Comme tout 
combat, à la fois politique et judiciaire, 
il nécessite des finances ( avocats, 
soutien aux victimes, etc). Vous êtes 
un certain nombre à nous demander
comment nous aidez, voici donc la solution
la plus simple, mais aussi la plus efficace.

Envoyez nous un chèque en suivant les 
indications jointes :
  • Ordre du chèque : 
    Sud Education ;
  • Au dos du chèque, précisez :
    soutien antifa ;
  • Envoyez le tout à : 125 rue garibaldi, 69006 Lyon.

Nous vous en remercions par avance.

Vous pouvez trouverici le texte fondateur du CV69 :

http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-appel-a-une-riposte-antifasciste-unitaire-54549743.html

 

Catégories