Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mai 2013 2 07 /05 /mai /2013 17:43

Nouvelle tentative des nationalistes d'occuper les rue lyonnaises

 

Ce dimanche 5 mai, les rues lyonnaises ont été de nouveau foulées par les pas des manifestantEs homophobes des différents mouvements contre l'ouverture du mariage aux couples du même sexe.

Pas d'incidents à noter sinon la présence une nouvelle fois de tous les groupuscules extrémistes lyonnais (Jeunesses nationaliste, GUD, identitaires...) qui cette fois-ci se sont tenus tranquilles.

 

Ce ne fut pas le cas le 23 avril, jour du vote de la loi à l'Assemblée Nationale où 44 interpellations ont eu lieu.

En marge du rassemblement organisé à Bellecour pour fêter cette avancée sociale, le mouvement « Les enfants des terreaux » organisaient un rassemblement à Perrache : la présence des identitaires, des jeunesses nationalistes, du Gud ne les pas gêné, bien au contraire.

S'en est suivit une tentative de blocage de l'autoroute, une manifestation sauvage, l'agression de deux photos-journalistes, et un climat de tension dans le centre ville une bonne partie de la soirée avec les quais du Rhône bloqués à la circulation.

Deux procès auront lieu prochainement mais nous reviendrons dessus plus tard car l'identité et l'appartenance idéologique d'un des accusés est fortement intéressante.

 

Malheureusement, comme si Lyon n'avait pas eu à subir assez de manifestations ultra nationalistes depuis 3 ans ; le Gud Lyon* organise ce jeudi 9 mai un C9M lyonnais.

Le C9M est une manifestation annuelle parisienne qui regroupe la frange la plus radicale de l'extrême droite : leur prétexte pour occuper la rue est la mort d'un militant nationaliste en 1994.

A priori, ce rassemblement ou manifestation, n'a pas été déclaré à la Préfecture et il est fixé à 20h (tract aperçu pendant quelques heures sur les réseaux sociaux).

 

Nous ne pouvons qu'alerter les habitantEs lyonnaisEs du danger d'un tel rassemblement, surtout si celui-ci venait à se transformer en manifestation sauvage.

N'hésitez pas à nous faire passer vos témoignages sur ce qui pourrait se passer pendant cette soirée du 9 mai au fort relent de peste brune.

 

CV69

apa69@riseup.net

 

 

 

*Le GUD (Groupe Union Défense) est un mouvement qui regroupe des étudiants nationalistes contre-révolutionnaires, fondé en 1968 en réaction aux manifestations étudiantes. Leur programme se résume à privilégier les français dans l’attribution des bourses étudiantes, à faire une sélection à l’entrée des universités pour les réserver à une « élite » et à glorifier le patriotisme en leur sein. Leur volonté est de contrer les syndicats étudiants « de quelque manière que ce soit ».

Le GUD avait perdu de son activité dans les années 2000 mais les messages envoyés du plus haut de l’Etat dans le précédent quinquennat ont donné du crédit à cette idéologie et légitimé leurs porteurs.

C’est ainsi qu’une section du GUD s’est constituée à Lyon en 2011, illustrant une nouvelle fois le qualificatif de « laboratoire de l’extrême-droite » qui colle à Lyon depuis quelques années.

Dernièrement, le GUD et divers mouvements ont instrumentalisé les manifestations contre le mariage pour tous et paradé dans les rues. Leurs rassemblements se transforment généralement en expéditions sanglantes, dans le but d’agresser les passants selon leur apparence, et d’attaquer les locaux identifiés comme des lieux appréciés par celles et ceux qui alertent sur le danger qu’ils représentent. De leur point de vue, l’utilisation de la violence est légitime.

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 09:20

A Lyon, la fête du mariage pour tous : « une victoire au goût amer »

Ce mardi soir à Lyon, 1 500 personnes se sont réunies place Bellecour pour fêter l’adoption de la loi sur le « mariage pour tous ». Du côté des opposants, les actions se sont multipliées durant toutes la soirée pour se faire encore entendre. A la clé, 44 interpellations, un chiffre plus élevé qu’à Paris.

 

 

Lyon est une place forte des anti-mariage gay. Pour les partisans de la loi sur le « mariage pour tous », il fallait donc mobiliser largement.
Ce fut un succès si l’on en croit les organisateurs du Collectif unitaire pour l’Egalité, qui auraient donc rassemblé 1 500 personnes, dont de nombreux représentants politiques de la gauche et de l’extrême gauche, du PS au NPA en passant par le Front de gauche et Europe Ecologie – Les Verts.

 

Partir de la fête « sans signe distinctif »

Pour Bruno, qui se présente comme un « homosexuel en couple depuis 20 ans », l’important était de « ne pas laisser la rue aux opposants » :

« Nous faisons la fête avec une certaine tristesse. En tant qu’homo, j’ai été choqué par tous ces discours de haine qui ont déferlé surtout après la manif du 24 mars ».

Sous la statue de Louis XIV, une banderole résumait le message : « On n’oubliera pas – Stop homophobie ». Dans son discours, la représentante du Collectif lesbien lyonnais, Stéphanie Brunet est revenue sur ces mois de débat qui ont laissé « un goût amer », avec l’abandon de la promesse de Hollande sur la PMA et la multiplication des violences :

« Les principaux opposants au texte sur le mariage pour tous ont ouvert une brèche intolérable à l’homophobie (…). La palme d’or revient au député du Rhône et maire de Caluire, Philippe Cochet, en affirmant que nous allions « assassiner les enfants ». Combien de personnes se sont senties légitimes à frapper celles et ceux qui sont qualifiés d’assassins d’enfants ? La liberté d’expression n’autorise pas à appeler à la haine ».

Sur le camion sono, Armand Creus, conseiller régional du Front de gauche, a ensuite pris la parole au nom du Collectif de Vigilance 69 contre l’extrême droite pour « dénoncer la radicalisation homophobe dans les manifestations contre le mariage pour tous d’une partie de la droite « décomplexée » et de l’extrême-droite ».

Le rassemblement s’est poursuivi au son de la musique électro, avec quelques canettes de bières vendues au profit des associations LGBT. A 22 heures, c’était la dispersion. Avec pour consigne de partir par petits groupes et « sans signe distinctif ».

 

« A partir d’aujourd’hui, nous entrons en dissidence contre le régime de François Hollande »

Parallèlement, toute la soirée et jusqu’à plus de minuit, les anti-mariage gay ont sillonné les rues de Lyon. Une première action a ouvert la marche, peu avant 19h. Quelques dizaines de personnes ont tenté de bloquer l’autoroute A7 au niveau de Perrache. Avec des blocs de pierre et des grillages, ils ont réussi à tenir une « dizaine de minutes », selon le porte-parole des identitaires, très actifs sur cette action.

Selon la police, 15 interpellations ont eu lieu, dont plusieurs militants de ce mouvement d’extrême droite. A 19 heures, environ 200 personnes se se sont rassemblées place Carnot, notamment à l’appel des « Enfants des Terreaux », qui se présente comme un collectif « apolitique ».

L’un de ses animateurs, Kevin Pichart, a lu un texte bref, devant trois mannequins pendus censés représentés « la mise à mort de la famille naturelle » :

« Aujourd’hui, le gouvernement de François Hollande a lié son sort à la loi Taubira. Ce gouvernement devra en subir les conséquences. François Hollande a trahi les idéaux républicains. (…) François Hollande livre son sort à la rue. (…) A partir d’aujourd’hui, nous entrons en dissidence contre le régime de François Hollande. Quand tous les moyens légaux ont été épuisés, il ne reste que l’insoumission. On ne lâchera rien. »

Après les avoir correctement chauffés, ce meneur des « Enfants des Terreaux » a appelé à rejoindre la place Louis Pradel, à l’autre bout de la Presqu’île, où devaient se rassembler plus tard dans la soirée des « Veilleurs ».

 

De l’extrême droite radicale au cardinal Barbarin

Un peu moins de 200 personnes sont alors parties en manifestation sauvage, avec notamment à leur tête des militants identitaires. Pour slogan, cette phrase : « Première, deuxième, troisième génération, nous sommes tous des enfants d’hétéro ». Canalisés par la police, ils ont traversé le Rhône pour se retrouver rive gauche au niveau des universités Lyon 2 et Lyon 3.

Là, entourés par les CRS, ils étaient une centaine. Parmi eux de nombreux militants des groupuscules d’extrême droite, tous
représentés : GUD, Jeunesses nationalistes et identitaires.

Vers 21 heures, une soixantaine de manifestants ont été embarqués dans des cars, direction le commissariat central pour des vérifications d’identité, selon la préfecture du Rhône. La plupart ont été relâchés.

Au même moment, des « Veilleurs » s’installaient place Louis Pradel. Cette nouvelle mouture du mouvement anti-mariage gay prône la « non-violence, le calme et la réflexion ». Une centaine de personnes se sont assises en cercle, certaines avec des bougies. On a chanté, notamment le Chant des partisans, et lu des textes de Robert Desnos ou de Victor Hugo mais aussi de Benoît XVI. En guest star, le cardinal Barbarin a pris la parole un court instant.

Vers 23 heures, au moment où ces Veilleurs allaient lever le camp, se sont agrégés de jeunes personnes anti, qui voulaient continuer à marcher et scander leur slogan. Une cinquantaine d’entre eux sont alors partis dans les rues de Lyon d’abord en Presqu’île puis dans le Vieux Lyon.

Dans un communiqué du ministère de l’Intérieur paru dans la nuit (cité par l’AFP), il est précisé qu’il a été « procédé à 44 interpellations » d’anti-mariage gay à Lyon tandis que 12 ont été comptabilisées à Paris.

> Article actualisé à 3h avec le communiqué du ministère de l’Intérieur

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
24 avril 2013 3 24 /04 /avril /2013 08:58

Ce 23 avril est un jour important pour tous les individuEs, mouvements et organisations se réclamant de la lutte pour la progression des droits et de l'égalité en France. Ce 23 avril n'est cependant pas un jour exceptionnel, il n'est pas le fruit d'une politique d'avant-garde. C'est uniquement un jour de soulagement car aujourd'hui est enfin mis un terme au retard de la France en matière d'égalité des droits.


C'est naturellement que le collectif de vigilance contre l'extrême droite se joint au mouvement de lutte pour l'égalité. Ses militantEs et les organisations qui le composent oeuvrent dans le sens du progrès social, s'opposant chaque jour aux idées nauséabondes et aux argumentaires rétrogrades des mouvements d'extrême-droite locaux. Nous nous félicitons ainsi de l'ouverture du mariage et de l'adoption aux homosexuelLEs.


La structuration d'un mouvement réactionnaire s'opposant à l'égalité des droits a permis de formaliser et de rendre public des liens entre droite conservatrice et extrême droite, matérialisant plus que jamais une collusion entre ces deux familles politiques.


Ce débat politique a entrainé une recomposition du clivage entre d'un côté le mouvement réactionnaire et de l'autre, nos forces progressistes. Du côté des réactionnaires, cette recomposition est plus ou moins assumée. En effet, si certainEs opposantEs au mariage pour touTEs ont condamnéEs tardivement la participation de l'extrême droite radicale à leur mouvement, la participation de l'extrême droite radicale à leur mouvement. La violence et les discours de haine, à Lyon comme à Paris, ont trouvé leur place dans les opposantEs au mariage pour touTEs.


En marge des divers rassemblements qui ont eu lieu à Lyon comme dans d'autres villes, des débordements révoltants et inadmissibles se sont déroulés :, prières de rue, slogans racistes, « ratonnades anti-crasseux », attaque de la permanence du parti socialiste …


Nous rappelons le contexte lyonnais, il est celui d'une ville connue depuis plusieurs années comme le laboratoire de l'extrême-droite en France. Dans nos rues, de nombreux groupuscules sévissent : jeunesse nationalistes, GUD, troisième voie, identitaires ...Ils répandent sur Lyon leurs discours de haine, de xénophobie, d'homophobie et de sexisme. Ils agressent des individuEs et saccagent des restaurants et des bars.

 

Le climat actuel où violence et haine se banalisent sous couvert de bien-pensance et de « bon sens » rend le terreau encore plus favorable pour que s'implantent et s'enracinent ces groupuscules.


Face à cela, nous devons continuer à nous battre et c'est une vraie victoire politique que nous vivons aujourd'hui. Beaucoup reste encore à faire et nous devons rester vigilantEs face à la progression et à la structuration de l'extrême-droite radicale et revendiquer encore plus de droits.

 

CV69

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
22 avril 2013 1 22 /04 /avril /2013 07:53

Article de l'Huma

 

 

La cité lyonnaise deviendra-t-elle le nouveau terrain de chasse de divers groupes d’extrême droite? À la suite d’agressions récurrentes dans le cœur de la ville, citoyens et élus s’inquiètent de leur présence. 

Lyon,  envoyé spécial.  C’est paraît-il le quartier le plus « vidéosurveillé » de la capitale des Gaules, tourisme oblige. Pourtant, dans le vieux Lyon, les quartiers Saint-Paul et Saint-Jean sont plusieurs fois par mois le théâtre de violentes agressions nocturnes. Un phénomène qui semble converger vers un lieu : la Traboule. Ouvert depuis 2011 dans la montée du Change, dans le quartier Saint-Jean, ce local « associatif » est la base opérationnelle de Rebeyne (« révolte » en parler lyonnais), les Jeunesses identitaires, déclinaison jeune du Bloc identitaire. Une extrême droite qui se veut plus policée que les skinheads ou les hooligans qui peuplent aussi le 5e arrondissement, mais qui n’hésite pas à copier leurs méthodes musclées.

"On reviendra"

«Ils distribuent bulletins et affiches chez les commerçants, toujours avec un sourire de façade», estime Boris (prénom modifié), jeune habitant du quartier. « Ils sont venus nous proposer le Muscadin, leur feuille de chou », confirme Aurélie Borg, présidente de la MJC du Vieux-Lyon, qui ne l’a pas accepté. Ailleurs, il est arrivé qu’ils insistent, posant tout de même des tracts sur le comptoir, en disant « on reviendra »… En attendant, dans cet arrondissement fréquenté par les catholiques traditionalistes, les Lyonnais « de souche » – «les Blancs », traduit une habitante âgée –, «vivent comme une provocation l’arrivée sur leur territoire de kebabs, de bars tenus par des Maghrébins », analyse Catherine Le Gay, conseillère municipale PCF du 5e arrondissement. Le saccage d’un kebab comme la « marche des cochons » organisée en mai 2012 ou la réactivation en janvier des soupes populaires pour les « SDF gaulois » ne seraient donc que des actes de « légitime défense ». Et leur « ronde citoyenne de sécurisation des berges du Rhône », initiée deux ans plus tôt, n’a rien à voir avec une « ratonnade ».

Si le vernis de respectabilité ne craque pas encore, c’est qu’ils voient dans l’implantation lyonnaise une occasion inespérée d’y développer une « expression publique organisée ». Avec le GUD qui élabore par ailleurs des formations militantes, sur l’attitude à avoir en garde à vue par exemple, « chapeautés par un avocat », des conférences avec l’écrivain racialiste Bernard Lugan et le gratin des mouvements néofascistes italiens ou anglais, les mouvements d’extrême droite lyonnais espèrent faire de Lyon, « géographiquement stratégique (car) pile au milieu entre Nice et Paris », un lieu de pèlerinage. C’est qu’à Lyon, d’autres groupes d’extrême droite sont à l’œuvre.

"T'es un gaucho?"

Jonathan, membre du collectif Vigilance 69 contre l’extrême droite, est « fatigué de faire des listes » d’agressions qui ont eu pour décor des « repères de gauche » ou supposés tels, lieux de rendez-vous associatifs ou à gestion coopérative. « C’est comme une initiation : les jeunes attaquent, les “vieux” donnent les directives. » Le mode opératoire est toujours le même : « Ils abordent un client en lui demandant : “Tu fréquentes un bar de gaucho ? T’es un gaucho.” Coup de tête, fuite… » Parfois, les violences sont pires. En janvier 2011, à la sortie d’un concert à Villeurbanne, un couple se fait tabasser à coups de batte de base-ball, de barre de fer, de pied, de poing par une dizaine de skinheads, les laissant avec de lourdes séquelles. Les agresseurs les ont attaqués « au seul motif qu’ils ressemblaient à des libertaires », expliquera plus tard l’avocat du couple, Bertrand Sayn. « Un mobile strictement politique » qui se répétera : « Nous nous sommes fait expulser manu militari alors que nous distribuions des tracts », explique ce jeune militant communiste, plusieurs fois « traqué » par des gros bras au crâne rasé.

Déjà en 2011, les associations de commerçants Strada Nova et Renaissance vieux Lyon pointaient « un lien entre ces événements et la présence du local la Traboule », que ses animateurs décrivent aujourd’hui comme « une MJC de droite » (sic). Catherine Le Gay souligne quant à elle une « extériorisation croissante de l’extrême droite » en lien avec la « dédiabolisation du Front national » d’une part, et la « banalisation du racisme dans d’autres forces politiques » d’autre part.

Silence et impunité

Mais malgré de multiples interpellations des pouvoirs publics, et une manifestation pour alerter l’opinion publique, le 16 février dernier, « rien ne bouge ». « Leur présence et leur importance sont sous-estimées par les élus », estime Catherine Le Gay qui, avec le groupe communiste au conseil de Lyon, a envoyé un courrier au préfet. Selon l’avocat Bertrand Sayn, interrogé par le site Internet Rebellyon en janvier 2012, « la tendance est plutôt de banaliser ces faits en les situant dans une opposition extrême droite-extrême gauche ». Un reproche que le collectif Vigilance 69 et toutes ses composantes, qui ont recensé 33 agressions et plus de 400 jours d’ITT, ont encore fait début avril au maire PS, Gérard Collomb, et au préfet Jean-François Carenco, en manifestant à la sortie du conseil municipal qui se tenait à l’hôtel de ville contre « leur silence assourdissant face à l’impunité des groupuscules fascistes lyonnais ».

Dans le vieux Lyon, tout le monde ne se laisse pas intimider. Les nombreux autocollants « zone anti-racaille » ou « défends ton identité » ont été grattés, au risque d’une rossée. Les militants de gauche et alternatifs reviennent, inlassablement, diffuser des tracts, coller des affiches. Surtout, la MJC, en première ligne face à la cathédrale Saint-Jean, et qui « voit de très jeunes gens se rapprocher de ces groupes », a programmé en début d’année la pièce de théâtre Naz, de Ricardo Montserrat, coup d’envoi d’un cycle « Penser et repenser nos identités ». Un pied de nez bienvenu.

 

Grégory Marin

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
18 avril 2013 4 18 /04 /avril /2013 08:11

Vous trouverez en lien un récapitulatif d'articles paruent récement à propos des Jeunesse Nationalistes et de leur homophobies et lesbophobie bien connue, fait par Ras l'front Isère.

 

Il est a noté que les Jeunesses Identitaires sont tout autant de la partie, mais que sur Lyon il semblerait que A. Gabriac ait décidé d'être l'égérie du mariage 'contre' tous !

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 07:16

La Horde, c’est quoi ? 

http://lahorde.samizdat.net/wp-content/uploads/2013/02/LHpr%C3%A9sentation.jpg

 

 

Énervé, indiscipliné, collectif et solidaire : ainsi va la horde, ainsi va l’antifascisme.

Instrumentalisé, caricaturé, dévoyé, méprisé : ainsi va l’antifascisme, et la horde vient remettre les pendules à l’heure.

D’abord en proposant un point de vue antifasciste sur l’actualité nationale et internationale, en collaboration avec les sites militants qui le font déjà, et en contrepoint des médias traditionnels.

Ensuite, en relayant et en participant aux initiatives antifascistes de terrain, et en mettant à disposition du matériel antifasciste d’hier et d’aujourd’hui.

Enfin, en proposant à toutes celles et tous ceux qui veulent agir contre l’extrême droite de commenter, augmenter, corriger et partager les informations du site et d’en proposer de nouvelles.

Alors, un site antifasciste de plus ? Peut-être, mais qu’on espère utile aux antifascistes de bonne volonté.

- Pour en savoir plus sur notre conception de l’antifascisme -

Pour nous contacter : lahorde(a)samizdat.net

et nous avons aussi une page Facebook

http://lahorde.samizdat.net/

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
15 avril 2013 1 15 /04 /avril /2013 14:56

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
8 avril 2013 1 08 /04 /avril /2013 13:25

A LYON : FAUT-IL ATTENDRE QUE LA VIOLENCE D’EXTREME-DROITE TUE!?

 

L’Extrême-droite radicale continue ses agressions violentes au vu et au su des autorités locales.

Monsieur le Maire de Lyon et Monsieur le Préfet doivent sortir de leur silence assourdissant !

 

Le 20 mars, nous avons rédigé un communiqué de presse titré « Faudra-t-il un mort dans le Vieux-Lyon ? ». Nous alertions sur le fait que les mêmes scènes semblaient se répéter inlassablement dans le quartier du Vieux-Lyon… Nous listions les derniers agissements connus des groupuscules d’extrême-droite à Saint-Jean.

En moins de 3 semaines, les agressions se sont multipliées, et touchent d’autres quartiers de Lyon. Des bandes sillonnent certains quartiers, cherchant des personnes à tabasser :

-          La vitrine d’un bar du 3e arrondissement a été détruite et un consommateur agressé le soir du 29/03.

-          Agression d’une personne le soir du 30/03 sur les pentes de la Croix-Rousse.

-          Agression d’un groupe de personnes à Saint-Jean, dont 3 blessés graves, le soir du 31/03.

Les actions que nous listons ici ne sont pas des faits divers, mais bien des agressions justifiées par leurs auteurs auprès de leurs victimes au moment de l’agression. Ces agressions sont celles dont nous avons connaissance, mais il y en a sûrement d’autres.

Parallèlement, Les actions contre le mariage pour touTEs sont l’occasion pour la droite radicale de se rassembler et pour ces groupuscules de parader dans Lyon en toute impunité. Ce sont d’ailleurs ces groupuscules qui servent de service d’ordre aux actions non-déclarées (comme cela a été le cas jeudi 4 avril).

 Ces rassemblements sont le point de départ d'expéditions haineuses et violentes comme nous pouvons le constater sur certains réseaux sociaux.

 

Alors la répétition de ces faits graves, dont nous alertons régulièrement la population la Mairie de 6Lyon et la Préfecture, pose de nouvelles questions :

-          Pourquoi la Préfecture laisse-t-elle faire ces agressions, dont elle connait parfaitement les auteurs, qui appartiennent à la mouvance de l’ultra droite (notamment le Gud, les Jeunesses Nationalistes, le mouvement identitaire, dont certains sont mis en examen, en attente de jugement ou déjà condamnés)?

-          Quelle est la stratégie du Maire de Lyon qui semble se satisfaire ou se moquer totalement  de la situation?

-          Pourquoi celui-ci, qui connait le  ras-le-bol des habitantEs et commerçantEs concernéEs,  reste-t-il silencieux ?

 

NOUS NE VOULONS PAS QUE LYON DEVIENNE LA CAPITALE DE L’EXTREME-DROITE

Des éluEs socialistes, communistes et Verts étaient présentEs à la manifestation du 16 février (3000 personnes, aucun incident)  pour la fermeture du local des Identitaires dans le Vieux-Lyon, foyer d’idéologie fasciste et de violence symbolique et physique. Ils et elles étaient présentEs dans les mobilisations qui ont abouti à la fermeture d’un autre local néo-nazi à Gerland.

Nous demandons à la majorité municipale de la Ville de Lyon réunie en Conseil Municipal ce lundi 8 avril une prise de position ferme pour condamner ces groupuscules d’extrême-droite, et des actes pour faire cesser leurs faits de violence.

Nous appelons aussi les habitantEs et commerçantEs à se mobiliser contre cette présence fasciste et à nous faire connaître les faits dont ils/elles sont témoins.

DEPUIS 2010 DEJA  33 AGRESSIONS RECENSEES ET PLUS DE 400 JOURS D’ITT,

NOUS NE VOULONS PAS DE MORT !

 

Rassemblement du collectif ce lundi 8 avril à 17h devant la Mairie de Lyon.

                                                                                                                                                                            CV69

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 11:30

IMG 3477

IMG 3471-copie-1

IMG 3464-copie-1IMG 3470-copie-1

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com
5 avril 2013 5 05 /04 /avril /2013 11:09

Lyon : dernier bastion de l’homophobie

et de la lesbophobie

arton12084-aae55.pngLe Sénat examine aujourd’hui le projet de loi sur l’ouverture du mariage et de l’adoption aux couples de même sexe. Nos organisations enjoignent toutes les Sénatrices et tous les Sénateurs, de la majorité, à rester insensibles aux propos violents de la mouvance anti-égalité et à soutenir avec pugnacité ce projet de loi. Ainsi, nos organisations ne comprendraient pas des désaffections sur les bancs de la majorité.

L’homo­pho­bie, la les­bo­pho­bie et le racisme s’affi­chent sans com­plexe dans les rues de Lyon. Ainsi, la semaine der­nière, les grou­pus­cu­les d’extrême droite ont sou­tenu deux ras­sem­ble­ments (27 mars et 28 mars) avec fumi­gè­nes et propos hai­neux, blo­quant les rues de Lyon, dans une ambiance par­ti­cu­liè­re­ment délé­tère. Ils remet­tent le cou­vert ce soir, sur la place de la République (Lyon 1er). Une ques­tion se pose : ces mani­fes­ta­tions étaient-elles décla­rées en Préfecture du Rhône comme l’exige la loi ? Si tel n’était pas le cas, pour­quoi les forces de l’ordre ne sont-elles pas inter­ve­nues pour dis­per­ser les mani­fes­tants ?

Nous tenons à expri­mer notre malaise gran­dis­sant devant la tour­nure que prend le mou­ve­ment d’oppo­si­tion à l’Egalité. La com­mu­ni­ca­tion, de plus en plus radi­cale et guer­rière des lea­ders de la « manif pour tous », légi­time le recours aux actions et métho­des des grou­pus­cu­les d’extrême droite (GUD, Bloc iden­ti­taire, Jeunesses Nationalistes), par­ti­cu­liè­re­ment actifs sur Lyon et par­tout en France. Comment ne pou­vons-nous pas être hor­rifi-é-e-s par ces mani­fes­tants qui font le salut nazi en chan­tant la Marseillaise devant les CRS lors de la der­nière « manif pour tous » à Paris le 24 mars ?

Ces forces d’extrême droite retrou­vent, avec ce projet de loi, un pré­texte ines­péré pour se refaire une santé. Cette haine décom­plexée démon­tre l’alliance objec­tive de toutes les forces anti-démo­cra­ti­ques contre une partie de la popu­la­tion. Elle doit être dénon­cée et com­bat­tue en tant que telle.

Ainsi, le silence assour­dis­sant, de toutes les forces démo­cra­ti­ques, qui pèse actuel­le­ment sur notre ville comme une chape de plomb, revient à cau­tion­ner la haine véhi­cu­lée par la montée du « prin­temps fran­çais », hon­teux écho d’une droite revan­charde, rétro­grade, chau­vine, patriar­cale, natio­na­liste et vio­lente.

Face à ces agis­se­ments, l’exi­gence d’Egalité doit être ampli­fiée par le gou­ver­ne­ment et menée à son terme avec fer­meté et convic­tion. Ainsi nos orga­ni­sa­tions déplo­rent la déci­sion du chef de l’Etat de ren­voyer l’ouver­ture de la PMA aux cou­ples les­biens à l’avis du Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE). Il s’agis­sait pour­tant d’un enga­ge­ment de cam­pa­gne et figu­rait dans les pro­gram­mes de toutes les for­ma­tions poli­ti­ques de la majo­rité actuelle. L’ouver­ture de la PMA à toutes les femmes est une mesure indis­pen­sa­ble pour aller au bout de l’égalité. Cette reven­di­ca­tion sera un thème fort de la 18e marche des Fiertés LGBT, le 15 juin pro­chain.


com­mu­ni­qué de presse Collectif uni­taire pour l’Egalité - Lyon - 4/4/2013
Lesbian and Gay Pride
Planning Familial
Collectif Lesbien Lyonnais

Repost 0
Published by Collectif69Vigilance.over-blog.com

Présentation

  • : Le blog de Collectif69Vigilance.over-blog.com
  • Le blog de Collectif69Vigilance.over-blog.com
  • : Descriptif des différentes actions politiques du collectif de vigilance contre l'extrême-droite. Possiblilité de s'inscrire à notre liste de diffusion publique : envoyer un message intiutlé subscribe listepublique-cv69 à sympa@luttes-unitaires-rhone.org .
  • Contact

Appel à une solidarité financière

Depuis trois ans, le collectif 69 de
vigilance lutte contre l'extrême droite 
sur Lyon et sa région. Comme tout 
combat, à la fois politique et judiciaire, 
il nécessite des finances ( avocats, 
soutien aux victimes, etc). Vous êtes 
un certain nombre à nous demander
comment nous aidez, voici donc la solution
la plus simple, mais aussi la plus efficace.

Envoyez nous un chèque en suivant les 
indications jointes :
  • Ordre du chèque : 
    Sud Education ;
  • Au dos du chèque, précisez :
    soutien antifa ;
  • Envoyez le tout à : 125 rue garibaldi, 69006 Lyon.

Nous vous en remercions par avance.

Vous pouvez trouverici le texte fondateur du CV69 :

http://collectifvigilance69.over-blog.com/article-appel-a-une-riposte-antifasciste-unitaire-54549743.html

 

Catégories